31 janvier 2013

Exposition Canaletto au Musée Maillol ou découvrir Venise sans voyager

L’exposition Canaletto au Musée Maillol se termine le 10 février, il était donc temps d’aller y faire un tour.


Tout d’abord, un petit historique sur Canaletto qui s’appelle en réalité Giovanni Antonio Canal mais fut surnommé Canaletto à cause de son inclination à peindre des canaux. Né à la fin du 17ème siècle en Italie, Canaletto est le fils d’un peintre de décors pour théâtre. Il travaille avec son père et c’est ainsi qu’il apprend la peinture. Il décide en 1720 d’abandonner totalement les décors de théâtre pour se consacrer à la peinture.

Canaletto rencontre rapidement du succès avec ses vues de Venise et devient un des, si ce n’est créateurs, représentants majeurs du « vedutisme » qui correspond à l’air de peindre des vues urbaines. Fort de son succes, Canaletto devient un peu imbus de lui même, il ne cesse d’augmenter le prix de ses peintures (alors qu’il a déjà une commande à un certain prix) et souhaite s’inventer des origines nobles.

Canaletto Maillolo Lutetiablog Lutetia

Passons maintenant à la découverte des techniques de travail et des oeuvres de Canaletto.
L’exposition organise les peintures par thème : le canal grande, la piazza san marco... ce qui permet facilement des comparaisons entre les représentations mais empêche de voir une évolution dans le style de Canaletto, notamment au niveau de l’utilisation de la lumière.
Pour peindre des vues aussi précises, Ca naletto a documenté extrêmement clairement de nombreux bâtiments de Venise : il partait en barque avec des carnets de croquis et une chambre optique (qui lui permettait de voir les bâtiments sous un angle différent et parfois avec plus de précision) et remplissait ses carnets de dessins préparatoires, de détails architecturaux.
Canaletto composait ensuite une peinture en disposant des bâtiments pour que ceux ci rendent l’effet souhaité : il n’hésitait à changer complètement les proportions d’une église (ce qu’on peut voir en comparant chaque peinture avec ses voisines), à rapprocher deux bâtiments distant dans la réalité, à présenter un côté de cathédrale comme la face... puis à rajouter quelques personnages pour mettre un peu de vie dans ses oeuvres. Pour info, une guide avait une loupe qu’elle utilisait pour montrer des détails à ses visiteurs, c’etait très malin et pratique.

 

Trois oeuvres sont à retenir de cette exposition :

-          un carnet de croquis préparatoire que l’on peut feuilleter virtuellement – à voir car il s’agit d’un des seuls carnets restants

-          un capriccio, c’est à dire une représentation fantasmé du pont du rialto, sur la base d’un projet de Palladio qui ne fut jamais exécuté (ce qui m’a fait penser à l’exposition sur l’architecture imaginaire et fantasmé à la Conciergerie) – à voir car c’est un des seuls capriccio de Canaletto.

canaletto_palladio lutetiablog lutettia

-          une vue de nuit d’une fête à  l’eglise san Pietro Castel – à voir car il s’agit de la seule peinture de nuit dont dispose le musée Maillol pour cette exposition

 

Canaletto à Venise au musée Maillol
Jusqu’au 10 février 2013
59 rue de Grenelle, Paris 7
Prix : 11€
Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h – Nocturne le vendredi jusque 21h30


30 janvier 2013

"La ville entre en gare" un documentaire sur les grandes gares parisiennes

Lundi 28 janvier 2013, les téléspectateurs de France 3 ont découvert un documentaire intitulé « La ville entre en gare »

Ce documentaire explique l’évolution des gares qui ne sont plus de simples lieux de passage, mais sont maintenant des lieux de vie à part entière. Le reportage suit de près tous les acteurs de ces mini villes : la voix des annonces, les restaurants au sein de la gare comme le célèbre Train Bleu de la gare de Lyon, les unités en charge de la surveillance, la Tour de l’Horlogue de la Gare de Lyon, le bureau des objets trouvés spécifique aux gares, la salle des fresques de la gare de Lyon, la dégustation des repas de gare....

Ville entre en gare Lutetiablog Lutetia

Un petit documentaire sympa à regarder en télévision de rattrapage pour en apprendre toujours plus sur Paris et ses gares.

Edit : le rattrapage n'étant plus possible, la vidéo est maintenant disponible sur youtube.

29 janvier 2013

Bon plan express : des prix tout doux pour aller à l’opéra royal de Versailles

Profitez des billets à prix réduits actuellement mis en vente sur Ticket Minute pour découvrir le magnifique opéra royal de Versailles.... le spectacle étant en lui même accessoire.

Opéra Royal Versailles Lutetiablog LutetiaPhoto récupérée sur le site de l'opéra royal de Versailles

Voici donc les deux possibilités qui s’offrent à vous :

-          Veronique Gens le 5 février 2013 avec les places les moins chers à 25€

-          L’opéra Hippolyte et Arice de Rameau le 13 février 2013 avec des places à partir de 17€... et la, ça vaut vraiment le coup

Et si ce bon plan en particulier n'est plus au goût du jour, n'hésitez pas à regarder mon article qui liste tous les moyens possibles d'obtenir des réductions pour aller au théâtre à moindre prix.

28 janvier 2013

Les adultes aussi peuvent jouer aux petits trains

Il existe au sous-sol de la gare de l’est une merveille pour les adultes ayant encore une âme d’enfant : trois réseaux de petits trains. C’est l’AFAC (Association Francaise des Amis des Chemins de Fer) qui a investi depuis 1930 plus de 4000m² pour y installer ses reproductions de trains, locomotives, gares de triage, gares, passages à niveau et même voyageurs à échelle 1/87, 1/43 et 1/32.

 

Afac Lutetiablog Lutetia

Pour aller y jouer (enfin surtout regarder car ce sont les membres de l’association qui ont le droit de toucher et manoeuvrer les trains) rendez-vous tous les samedis de 14h30 à 19h. Les salles sont accessibles depuis le parking Alsace (à gauche quand on est face à la gare de l’est), il suffit de sonner à porte 9, tout de suite à gauche en entrant dans le parking.


AFAC
Salles des Petits Trains
Le samedi de 14h30 à 19h
Entrée par le parking Alsace, sonner à la porte 9
Telephone : 01 40 38 20 92

Posté par Lutetia à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 janvier 2013

Bon plan express : réduction pour l’Aquarium de Paris en nocturne

Décidement, l’Aquarium de Paris semble avoir du mal à vendre ses billets ces derniers temps : après le bon plan via Groupon, voici la réduction via Ticket Minute.

Aquarium Paris Lutetiablog Lutetia

Le premier samedi de chaque mois de 19h à 22h, l’aquarium de Paris fonctionne en nocturne avec une formule : visite de l’aquarium + 1 coupe de champagne ou une boisson sans alcool pour 27,90 euros pour les adultes et 22,90€ pour les enfants.

Si cela vous tente, profitez plutôt de la réduction Ticket Minute où la place adulte est à 16€ - personnellement, je trouve que ça reste trop cher pour ce que c’est, mais ce n’est que mon avis.

Cineaqua / Aquarium de Paris à Trocadero - Nocturne
5 Avenue Albert De Mun
75016 Paris
Le premier samedi de chaque mois de 19h à 22h
Prix : Adulte 27,9€ ou sinon profitez de l'offre à 16€ via ticket Minute


25 janvier 2013

Le saviez-vous ? La place de la Concorde est en fait un cadran solaire géant

L’obélisque de la place de la Concorde est le monument le plus ancien de Paris car il date du XIIIème siècle avant JC, mais cette information n’est surprenante pour personne.

Ce qui est plus insolite, c’est de savoir que la place de la concorde est un gigantesque cadran solaire dont le gnomon (= aiguille du cadran solaire) est l’obélisque elle même. C’est un vieux projet qui datait d’avant guerre (initié en 1913 par Camille Flammarion), mis en place en 1999 quand la mairie de Paris autorise de tracer au sol les lignes des heures.

Cadran Solaire Concorde Lutetiablog LutetiaJ'ai entouré les lignes sur la photo, mais en réduit, on ne voit rien

Pensez y et regardez le sol la prochaine fois que vous marcherez à Concorde.

 Cadran Concorde Lutetiablog Lutetia

Et j’en profite pour vous raconter une autre anecdote sur l’obélisque de la place de la Concorde : il y avait initialement deux obélisques. Lorsque ceux ci sont offerts en 1830 à la France, l’ingénieur en charge d’organiser le rapatriement des obélisques en France, décida de commencer par le plus lourd des deux monolithes, celui de 230 tonnes. Son transport necessitant la construction d’engins spéciaux et ayant duré plus de 18 mois, l’ingénieur déclara forfait pour le transport du second obélisque qui fut finalement symboliquement rendu à l’Egypte en 1994.  

24 janvier 2013

Exposition « Et l’homme créa le robot » au musée des Arts et Métiers très sympa, pour les grands comme pour les petits

Le musée des arts et métiers présente l’historique des robots et montre la place que ceux ci ont dans notre société actuelle.

Et l'homme créa le robots lutetiablog Lutetia



En préambule de la visite, deux robots Robbix et Robbixa discutent ensemble sur les trois lois de la robotique :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

Mais n’avançons pas trop vite et replaçons un contexte historique autour de l’histoire des robots.

 

Tout a commencé avec ... les horloges. Et oui, ce mouvement automatique est à la source de l’existence des automates, qui faisaient un mouvement répétitif et identique en permanence.

Cette amorce de la robotique a donné des idées et, très vite, le monde a vu la création de film avec des robots quasi humains ou encore des jouets robots (qui sont aujourd’hui collectors)

Les robots ont ensuite servis principalement pour l’exploration et pour aller là où l’homme ne peut aller et faire ce que l’homme ne peut pas faire, les exemples les plus connus étant : en eau profonde et dans l’espace. C’est lors de ces missions que l’homme a commencé à prendre conscience de certaines limites de ces robots.

L’exposition permet ensuite de découvrir certains robots très utiles au monde et à Paris, comme par exemple le robot Varape qui nettoie les vitres de la pyramide du Louvre. On peut également voir des petits robots conçus pour intéragir avec l’humain, il faut vraiment « jouer » avec eux afin de provoquer des réactions et de voir ce que ça donne.

On passe ensuite à une partie dédiée à la robotique et à la médecine : les robots étant actifs à la fois en tant que soignant (pour faire des opérations très précises par exemple) mais aussi en tant que remplacement d’une partie humaine manquante (qu’il s’agisse d’un membre entier ou d’un petit organe)

La visite se termine en compagnie de robots de film célèbre : C3PO, le méchant de Terminator.....

Mon conseil, pour bien profiter de la visite, essayez de faire la visite guidée qui a lieu chaque jour à 15h30 en semaine et 14h et 15h30 le week end.

Et l'homme... créa le robot au Musée des Arts et Métiers
Du 30 octobre au 3 mars 2013
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, le jeudi jusque 21h30
Plein tarif : 5,5 euros (et si l'expo vous interesse, j'espère que vous avez profité de la réduction qu'il y AVAIT sur le site l'exponaute)

23 janvier 2013

Visite guidée gratuite de l’hôtel de Ville de Paris

Commencons par un petit historique en posant les bases : au début (XIIIème jusque début XVIème) il n’y avait pas d’hôtel de ville mais une simple maison aux piliers situé en face de la place de la grève. C’était sur cette place que les travailleurs venaient chercher du travail tous les matins et aussi manifester leur mécontentement quand ils ne trouvaient pas d’emploi, d’où l’expression « faire la grève »

maison aux piliers hotel de ville lutetiablog lutetia

Au début des années 1530, Francois Ième demande la construction d’un édifice plus imposant qui ressemblerait « aux châteaux de la Loire » dont la première pierre est posée en 1533 et la construction achevée en ...1628. Au cours du XIXème siècle l’hôtel de ville est agrandi plusieurs fois mais brûle totalement en 1871 pendant la Commune.

De 1873 à 1892 l’hôtel de Ville est reconstruit avec un plan similaire au précedent hôtel de ville mais en beaucoup plus grand. Lors de cette construction, l’édifice est doté des dernières modernités : le chauffage, le téléphone, l’electricité pour éclairer les pièces via 48 lustres de cristal.

 

Le nouvel hôtel de ville comporte de nombreuses salles de reception, dont la plus connue est la salle des fêtes qui est plus longue que la galerie des glaces de Versailles. Cette salle est décorée via des peintures et sculptures qui représentent des scènes de danse, de musique et de Paris ainsi que des provinces de la France dont ... l’Algérie.

Fete Hotel de Ville Lutetia Lutetiablog

La salle à manger est reconnaissable à ses nombreuses peintures / sculptures de scène de chasse et de pêche ainsi que ses représentations de nourriture.

Un petit salon « de transition » permet de redécouvrir l’histoire de Paris, notamment les moments liés à sa prise de liberté.

Petit salon hotel de ville lutetiablog lutetia

Le salon des arcades divisés en trois parties : art, science et lettre décoré par les artistes « à la mode » de l’époque et qui permet également de voir des représentations de Paris que l’on ne voit plus aujourd’hui.

Salle arcades Lutetiablog Lutetia

On termine la visite en redescendant via l’escalier intérieur, qui fut copié sur celui du château de Blois au même que l’escalier du Sénat (mais qui lui n’est pas double)

Escalier Hotel de Ville Lutetia Lutetiablog

Une visite guidée très interessante, proposée gratuitement par la mairie de Paris que je vous invite vraiment à faire pour découvrir les trésors de peintures et sculptures qui décorent l'hotel de ville.
Pour les groupes, il faut prévoir deux mois d’attente avant d’avoir une date, pour les individuels, c’est plus simple, on peut être « casé » dans un groupe non complet. Lors de la visite que j’ai effectuée, j’étais affectée au groupe des « conjoints du ministère des affaires étrangères » et j’ai trouvé cela très sympa, d’autant que la guide adapte son discours en fonction du groupe, en l’occurence, je doute que j’ai un jour « l’occasion d’être reçu à l’hôtel de ville en tant que conjoint d’un représentant d’un pays étranger » mais au moins, je connais maintenant le protocole.

Détail Hôtel de ville Lutetiablg Lutetia

Visite guidée de l'hôtel de Ville de Paris
Téléphone pour inscription individuel : 01 42 76 43 43
Prix : gratuit

22 janvier 2013

Paris Face Cachée : inscription seconde vague

Ne manquez pas, mercredi 23 janvier la seconde vague pour les inscriptions de Paris Face Cachée. Mise en ligne des réservations entre 9h et 10h.

Paris Face Cachée Lutetiablog Lutetia

Au programme de cette seconde vague (je crois, selon mon décryptage des programmes, je peux tout à fait me tromper) :

-          Le petit train de la gare de l’Est

-          Oxmo Pucino en concert dans un atelier de maintenance de la RATP

-          Les coulisses de l’hôpital Kremlin-Bicêtre

-          Le bunker sous la gare de l’Est ?

-          Les coulisses du stade de France ?

-          Visite de la Cité internationale

-          L’expo Robots du Musée des Arts et Métiers

Et plein d’autres choses...

 

Préparez votre CB dès maintenant et connectez vous sur www.parisfacecachee.fr demain au réveil !

20 janvier 2013

Vente aux enchères des costumes et de la documentation du Casino de Paris à Elephant Paname

Après les Folies Bergères, c’est au tour du Casino de Paris de vendre aux enchères plus de 5 000 costumes, accessoires, programmes et affiches.

CasinodeParis Elephant Paname Lutetia Lutetiablog

La vente aura lieu le samedi 26 et dimanche 27 janvier 2013 à Elephant Paname (ce nouveau lieu d’art et de danse dont j’ai déjà parlé sur ce blog).

Ceux qui souhaitent consulter les éléments mis en vente peuvent se rendre mercredi 23 et jeudi 24 janvier 2013 à Elephant Paname ou regarder le catalogue online pour en savoir un peu plus avant de se rendre sur place.

Vente aux enchères « Casino de Paris et Music hall » à Elephant Paname
10 rue Volney, Paris 2
Ouvert du mercredi au samedi de 11h à 20h et le dimanche de 11h à 18h
Exposition le 23 et 24 janvier 2013
vente le 25 et 26 janvier 2013