La pièce « Instants critiques » est tirée des échanges houleux entre Jean Louis Bory et Georges Charensol lors des émissions Le masque et la plume des années 60-70.

Instants Critiques Lutetiablog Lutetia

On trouve donc deux hommes dans une salle de cinéma discutant ardemment sur le film Bande à Part de Godard (1964) l’un trouvant que le film est génial et l’autre le trouvant d’un banal incroyable. Très vite, on oublie le masque et la plume et le spectateur assiste tout simplement à un face à face entre deux passionnés de cinéma. Les hommes passent d’un film à l’autre parfois avec une transition très nette (salle noire) d’autres fois sans transition.

Le spectacle est accompagné par une jeune fille qui joue du piano et qui chante, j’ai souvent eu du mal à comprendre la réelle valeur ajoutée de ces intermèdes…. Et voila le problème : on a du mal à comprendre.

 

Les films évoqués datent des années 60 et 70, c’est donc difficile d’écouter des personnes critiques un film que l’on n’a pas forcement vu. Le metteur en scène devait en avoir conscience car dans le hall d’attente du théâtre sont diffusés des extraits des différents films abordés dans la pièce… mais cela ne suffit pas. Peut être que tous les airs joués et chantés par la jeune fille faisait référence à un film, malheureusement je n’ai reconnu que Les Parapluies de Cherbourg. Cette méconnaissance crée un sentiment de frustration important que je ne suis pas la seule à avoir ressenti, car en sortant beaucoup de spectateurs disaient « c’est dommage de ne pas avoir vu les films avant, on a l’impression de raté une partie du spectacle.

 

Au final, un spectacle très sympa qui donne envie de voir les films mentionnés dans le spectacle (il parait que c'est le but) mais qui serait encore mieux si les spectateurs avaient encore en mémoire les films en question. Pour ceux que ça tente, voici la liste des films : Bande à Part (Godard), 100 Briques et des tuiles (Grimblat), Théorème (Pasolini), Le Corniaud (Oury), Pierrot le fou (Godard), Mort d’un pourri (Lautner), Le cerveau (Oury), Le bestiaire d’amour (Calderon), Histoire d’O (Jaeckin), L’empire des sens (OShima), Les parapluies de Cherbourg (Demy), L’amour l’après midi (Rohmer), La grande bouffe (Ferreri), Le parrain (Coppola), Une belle fille comme moi (Truffaut) et Cris et chuchotements (Bergman)

 

Instants critiques au théâtre de la Pépinière
Jusqu'au 14 avril 2013
2 rue Louis Legrand, Paris 2ème
Du mardi au vendredi à 21h, le samedi à 16h et à 21h
Prix plein tarif : de 29 à 39€ sinon n'hesitez pas `a consulter mon article avec toutes les solutions pour obtenir des reductions pour aller au theatre a Paris.