28 mars 2013

Concert de Molly Nilsson à l’institut Suédois

Comme tous les ans, le festival Les Femmes s’en Mêlent avait son concert d’ouverture à l’Institut Suédois avec cette année Molly Nilsson en guest.

Molly_Nilsson_by_FilipowiczPhoto de Dominika Filipowicz pour la page facebook de Molly Nilsson

Mon rapport sera partiel car, liée par un autre engagement, j’ai du partir au bout du troisième titre.

Si je devais résumer ce concert (où du moins ce que j’en ai vu) je dirais : minimaliste avec 
- une chanteuse habillée en noir sur un fond de scène noire
- pas de musicien, toute la musique (hors vocal) étant enregistrée
- très peu de mouvement (voir très peu de présence scénique) de la part de Molly Nilsson

Bref, ça commence un peu difficilement mais heureusement, ça se rattrape quand le chant commence. Avec sa voix très grave, la chanteuse enchaine les chansons en parlant très peu au public.

Difficile de juger une prestation quand on en a vu qu’une petite partie, du coup je range Molly Nilsson dans la catégorie « a du potentiel » à revoir peut être dans une salle un peu plus grande pour avoir le plaisir de voir un peu plus de monde sur scène.

Pour rappel, Les Femmes s’en Mêlent c’est en ce moment et c’est jusqu’au 29 mars 2013 avec plein de concerts super sympas.

Posté par Lutetia à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 mars 2013

Van Gogh, rêve du Japon à la Pinacothèque de Paris

Tout le monde connait Van Gogh avec ses paysages, ses natures mortes et ses autoportraits torturés, mais on ne connait pas forcément l’énorme influence de la culture et des estampes japonaises sur son œuvre.

van-gogh--autoportrai-avec-fuji"Autoportrait à l'oreille coupée" de Van Gogh où on peut observer une reproduction du Mont Fuji dans le cadre au mur

C’est donc le but de cette exposition à la Pinacothèque de Paris que de présenter cette facette de la vie du peintre ainsi que de  l’influence des « japonaiseries » sur les toiles.
Van Gogh découvre le japon en lisant le livre Madame Chrysanthème et les estampes japonaises en 1883 chez son marchand de couleur Bing qui était également vendeur d’estampes japonaises. Vincent tombe immédiatement sous le charme de ce type d’œuvre et plus particulières de celui des estampes de Hiroshige, le grand maitre de l’estampe japonaise du 19ème siècle. Van Gogh et son frère Théo, se mettent immédiatement à acheter les estampes jusqu’à devenir des collectionneurs passionnés qui possèdent plus de 5 000 estampes.

Le visiteur peut ainsi admirer une quarantaine d’œuvres présentés en parallèle avec les estampes d’Hiroshige. On comprend très rapidement à quel point le Japonais a inspiré Van Gogh dans son travail de volume, de perspective, de mise en situation, de couleur, etc

Pinacotheque Cheval Lutetiablog Lutetia"Voyageur descendant de son cheval près d'un restaurant sur la route près de Kamaruka" d'Hiroshige vs "Le bon samaritain" de Van Gogh

Pinacotheque Gogh Hiroshige Arbre Lutetiablog Lutetia"Plage des maiko dans la province de Harima" d'Hiroshige vs "Oliveraie" de Van Gogh

Si effectivement, l’influence est parfois flagrante, d’autres comparaisons semblent parfois un peu tirées par les cheveux : peut on réellement dire d’un personnage marchand de profil chargé de marchandise a été inspiré d’un autre personnage de typologie identique ou qu’un arbre penché vers la droite est inspiré d’un autre arbre penché vers la droite.

Au final, une très belle exposition qui permet de redécouvrir certaines œuvres de Van Gogh, de découvrir Hiroshige et de comprendre la relation entre les deux.

le_jardin_de_l_asile_de_st_remy_par_van_gogh"Le jardin de l'asile de Saint Remy" de Van Gogh

Et pour finir, une petite citation sympa : « les impressionnistes sont des peintres japonais à la française » Van Gogh

Van Gogh, rêve du Japon
Jusqu’au 17 mars 2013
Pinacothèque 2 de Paris
8 rue Vignon, Paris

Posté par Lutetia à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mars 2013

Medley de vidéos sur Paris

Chaque jour, des dizaines de Parisiens (ou non Parisiens) sont inspirés et réalisent des vidéos sur Paris. Voici un petit best of des vidéos que j’aime bien.

Les quartiers parisiens revisités.


Un Paris qui brille de mille feux

Promenade sur la petite ceinture

Posté par Lutetia à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 mars 2013

Un concert tôt / tea au théâtre du Chatelet avec Kurt Weill

J’ai découvert il y a peu le concept du concert tôt / tea au théâtre du Chatelet : l’idée est simple un mini concert des élèves du Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris à 17h du dimanche au prix unique de 10€ et avec un placement libre.

concert tot tea lutetiablog lutetia

De mon côté, j’ai vu « Cabaret Kurt Weill ou de Berlin à Broadway » où une petite rétrospective du compositeur qui explique comment celui a commencé sa carrière en travaillant sur des opéras à terminé par écrire des comédies musicales. Les élèves du conservatoires ont présentés avec brio différents airs de « L’opéra de quat’sous » « Marie Galante » « Lady in the Dark » ou encore « Street Scene » Un concert d’une heure qui passe très rapidement avec un public de tout âge ce qui en fait, je pense, un des seuls concerts où les spectateurs peuvent entrer et sortir librement de la salle (les jeunes pour pleurer et les vieux pour aller aux toilettes).

The saga of Jenny extrait de Lady in the Dark, découvert grâce à ce concert

Merci à Lactimel pour cette découverte.

Concert tôt / tea le dimanche au théâtre du Chatelet
2 Rue Édouard Colonne, Paris 1er
Dimanche à 17h
Prix : 10€
Placement libre

16 mars 2013

Le squat d’artiste 59 Rivoli et ses concerts du week end

Vous êtes surement déjà passé devant cet étrange bâtiment rue Rivoli ?

59 Rivoli Squat Lutetiablog Lutetia

Tout comme les frigos, il s’agit d’un squat d’artistes légalisé ou plus exactement d’un lieu de création. Au début (cad fin 1999), c’était vraiment un squat qui a été légalisé par la mairie de Paris.

Squat Rivoli Lutetiablog Lutetia

Aujourd’hui le 59 Rivoli c’est :
-  plus d’une trentaine d’artistes qui ouvrent tous les jours leurs portes aux visiteurs.
- une galerie d’art qui expose des œuvres d’artistes autres que ceux du 59 Rivoli
- un musée Igor Balut complètement fou composé d’un bric à brac incroyable
- des concerts au chapeau tous les samedis et dimanches à 18h
- un festival de musique qui dure trois jours deux fois par an

N’hésitez donc pas à entrer dans ce lieu d’arts mixtes pour faire un tour dans les ateliers ou tout simplement écouter un concert de musique.

Blague squat Rivoli Lutetiablog lutetia

Le 59 Rivoli
59 rue de Rivoli, Paris 1er
Prix : gratuit ou donation au chapeau


15 mars 2013

Recevoir le semestriel « Les carnets de Versailles » gratuitement chez soi

Versailles… on s’y rend principalement pour visiter le château mais le château de Versailles, ce n’est pas d’un bâtiment majestueux qui héberge un musée. Versailles, cela peut également être un bal avec le carnaval de Versailles, un pique nique en blanc, un concert à la chapelle, un spectacle de fontaines (parfois même avec un feu d’artifice), un opéra à l’opéra royal, etc

Pour s’y retrouver, il existe le magazine semestriel « Les Carnets de Versailles » qui regroupe tout ce que propose le château : visite, visite thématique, atelier, concert, exposition temporaire… le tout accompagné de petits dossiers comme par exemple un magnifique photoreportage sur les fontainiers (ceux d’aujourd’hui) ou l’historique des grandes eaux de Versailles.

Carnets Versailles Lutetiablog Lutetia

Le plus beau de l’histoire ? le magazine est gratuit et il suffit de s’inscrire en ligne pour le recevoir régulièrement et gratuitement chez soi.

Inscription pour recevoir le magazine "Carnets de Versailles" sur le site du château de Versailles.

14 mars 2013

Passez une soirée insolite dans un lieu alternatif (voire abandonné) avec Die Nacht

Die Nacht c’est un collectif créé par Jeremie pour redynamiser un peu les nuits parisiennes : trop policés et trop réglementés. L’idée, c’est d’avoir une vie nocturne à la Berlinoise en organisant des soirées dans des lieux insolites comme par exemple des hangars abandonnés. Le lieu n’étant pas tout, les fêtes sont animés par des DJ electro soit disant pointure de la vie nocturne (je dis soit disant parce que la seule soirée à laquelle j’ai participé, j’avais trouvé la musique moyenne, mais bon, je commence à me faire veille peut être que mes goûts ne sont plus ceux qui correspondent à la mode d’aujourd’hui)

Une des soirées Die Nacht ayant fait le plus de bruit est celle qui a été organisée à la piscine Molitor avant sa destruction. Un lieu à l’époque très demandé (Nike y avait également organisé un évènement) car insolite, très sympa et offrant un espace intérieur et extérieur.

Die Nacht Molitor Lutetiablog LutetiaPhoto récupérée sur le forum RA

Pour sa prochaine soiree qui aura lieu le vendredi 15 mars, voici ce que nous propose le collectif:
"Die Nacht investit un carrière de craie aux portes de Paris.
Un labyrinthe souterrain, des trésors qui n’attendent qu’à être découverts, et, au fond du tunnel, 200 mètres sous terre, au coeur de l’antre, deux dancefloors qui célèbrent la sortie de Home & Garden, la nouvel album de Jay Shepheard.
Attention, sous terre, l’air est dense et moîte. Âmes trop sensibles, s’abstenir."

Comme d'habitude, je decripte pour vous > la soiree aura lieu dans les anciennes crayères de Montquartiers.

Pour en savoir plus sur les soirées alternatives de Paris et celles de Die Nacht, je vous invite à regarder le petit documentaire ci-dessous réalisé par Resident Advisory pour présenter celle nouvelle scène parisienne.

Real Scenes: Paris from Resident Advisor on Vimeo.


Die Nacht
Soiree du 15 mars 2013 dans la crayère de Montquartiers
Prix : 19 euros en prevente
Attention, la soirée est à Issy les Moulineaux

13 mars 2013

Visite des crayères de Montquartiers : une ancienne carrière réamenagée en entrepot pour vin et lieu de réception

Les crayères de montquartiers correspondent à d'anciennes carrières de craies qui se situent à Issy les Moulineaux. Aujourd'hui constituées de 3500m2 de galeries, celles si ont retrouvées une nouvelle vie.

Crayeres Montquartiers Lutetiablog Lutetia

Initialement creusées au 18eme pour l'extraction de la craie qui servait à faire de la chaux ou du blanc de Meudon (également connu sous le nom de blanc d'Espagne) ces carrières ont connues de nombreuses vies avant d'expérimenter leur destin actuel : la loi de 1925 qui interdit de creuser des carrières en IDF montre la fin de la crayère en elle même, le lieu devient alors tour à tour : stockage de munition avant la seconde guerre mondiale, abri antiaérien pendant les combats de la guerre, entrepôt d'armes pour les allemands puis lieu de fermentation pour les brasserie après guerre, champignonnière et aujourd'hui c'est un lieu de stockage de vin (pour entreprise et pour particulier, il paraitrait que de grands noms ont leur vin à Montquartiers) et de réception.

Crayere Montquartiers Lutetiablog Lutetia
Pour visiter les crayeres de Montquartiers et / ou y faire une degustation de vin, il suffit de telephoner au  33 (0)1 46 45 66 00 ou 33(0)1 46 44 74 67 et de reserver votre date.
5 chemin des Montquartiers, 92 130 Issy les Moulineaux
Visite simple : 8 euros
Visite + degustation : 30 euros

Pour reserver la salle et y organiser une reception ou pour y stocker son vin, meme contact mais je ne connais pas du tout les prix.

12 mars 2013

Cours de bricolage chez L’etablisienne : atelier palettes

L’etablisienne est un atelier de fabrication, un Fab’Lab’ installé à Paris depuis 2011. L’idée est de proposer un lieu pour pouvoir bricoler, créer, recycler…. ce qui n’est pas forcement évidement à Paris. L’etablisienne ne se contente pas de mettre à disposition un atelier et des machines, mais propose également des cours de bricolage : meuble en carton, palettes, mosaïque, fabrication de plan…

J’ai eu l’occasion de découvrir l’etablisienne en participant à un cours de réutilisation des palettes. En deux heures, le prof apprend au groupe comment démonter une palette, préparer le bois et réutiliser les planches pour en fabriquer un nouveau meuble.



Une vidéo d'un homme qui démonte une palette à toute vitesse

Quelques petites astuces apprises pendant le cours :
- Attention aux palettes traitées HT, il est conseillé de ne pas les utiliser pour les meubles pour enfant par exemple.
- Pour réassembler des bouts de planches ne pas hésiter à cumuler : accroche (indépendamment du type) + colle à bois lente
- Pour assembler des planches : utiliser des tourillos (des espèces de vis ikea) ou des lamello 20 (la même chose mais à plat)

Palettes lutetiablog Lutetia

A la fin du stage, nous voilà autonome, à nous de créer nos propres meubles.

L’etablisienne
88 boulevard Picpus, Paris 12
Cours de bricolage et atelier de fabrication
Prix : 39€ pour un atelier de deux heures
Programe des cours et stages

11 mars 2013

Visite du Tribunal de Commerce de Paris

Le tribunal de commerce de Paris a été construit en 1865 par l’architecte Bailly dans le cadre du réaménagement de Paris voulu par Napoléon III et mis en place par Haussmann. Construit entre l’Hôtel Dieu, la caserne (qui correspond aujourd’hui à la préfecture de police) et en partie à la place d’un théâtre (qui lieu même avait été construit à la place de l’église Saint Barthélémy), le Tribunal de Commerce occupe aujourd’hui une bonne partie de l’ile de la Cité.

Le bâtiment était initialement séparé en deux avec d’un côté le Conseil des Prud’hommes de la Seine avec son entrée rue Aubé et le tribunal de commerce de Paris avec son entrée boulevard du Palais qui permettait de traverser la rue pour rentrer directement dans le Palais de Justice. Aujourd’hui, chacune des entités nécessitant de plus en plus de place, le bâtiment abrite uniquement le tribunal de commerce et l’entrée se fait par le Quai de la Corse.


tribunal_de_commerce_-_jmhullotPhoto de JM Hullot récupérée sur le site Jolpress

Vu de l’extérieur, le bâtiment semble être étrangement proportionné avec un porche d’entrée complètement excentré et pas du tout centré par rapport à la façade… c’est vrai et c’est normal car le portail devait être dans l’axe du boulevard de Sebastopol. Sur cette entrée, de nombreux symboles que l’on retrouvera partout lors de la visite : l’aigle, le N de Napoléon, la balance de la Justice, la muraille de Paris, le bateau symbole de Paris…

En entrant dans le tribunal, le visiteur passe rapidement entre deux lions majestueux (la force de la justice) qui gardent l’accès à un magnifique escalier en marbre à double volute. Cet escalier monumental et majestueux permet d’accès au premier étage qui contient la majorité des salles du tribunal de commerce.
escalier_tribunal_commerce_lutetiablog_lutetia
Dans des niches, des statues allégoriques avec métiers avec les arts industriels, les arts mécaniques, le commerce terrestre et le commerce martine.
Au dessus de l’escalier : un énorme dôme à huit pans et avec des oeils de bœufs sculptés. Cette coupole est à double niveau (j’utilise ce mot faute de mieux), c'est-à-dire qu’il y a deux coupoles : une que l’on voit de l’intérieur et une autre que l’on voit de l’extérieur…. les deux étant séparés de presque huit mètres… l’idée étant de faire quelque chose de joli et illuminé à l’intérieur mais également d’avoir un joli rendu extérieur : il faut donc construire une double structure.

Au premier étage, le visiteur découvre la petite salle des pas perdus ou la salle des pas perdus à caissons qui abrite quatre figures représentatives de quatre dates importantes dans l’histoire de la justice :
- 1563 : Michel l’Hopital qui œuvra toute sa vie pour la simplification du droit français
- 1673 : Colbert avec son ordonnance sur le commerce (code Savary) qui régule les opérations commerciales
- 1807 : Napoléon I qui ordonne la rédaction du premier code du commerce
- 1865 : Bailly avec la création du Tribunal de Commerce

A ce même étage, différentes salles de jugement dans lesquelles je vous recommande de pénétrer, certains sont richement décorées avec par exemple de très grandes peintures ou tapisseries des Gobelins.

Pas_perdus_tribunal_commerce_lutetiablog_lutetia

De retour au rez-de-chaussée, il est impossible de manquer la grande salle des pas perdus en forme d’atrium corinthien avec ses colonnes et son puits de lumière. On ne peut que regretter que lors de travaux d’agrandissement au début du siècle, le toit initial : une grande verrière en acier, ait été détruite pour permettre la construction d’un toit plus moderne et construire de nouveaux étages sur les côtés du bâtiment.


Le Tribunal de Commerce
34 quai des Orfèvres, Paris 1
Gratuit