19 septembre 2012

La Cantatrice Chauve au Théâtre de la Huchette (critique)

La Cantatrice Chauve est une pièce absurde d’Eugène Ionesco. Lors de sa sortie en 1957, les critiques furent unanimeS contre ce spectacle : « ça ne passera jamais » « c’est l’œuvre d’un dément, un fumiste, un plaisantin » « ça mérite tout au plus un haussement d’épaule » ….

Initialement distribué au Théâtre de la Huchette qui avait alors été loué pour un mois : 40 ans après, le spectacle est toujours à l’affiche dans cette petite salle qui peut accueillir au mieux une cinquantaine de spectateurs au milieu du quartier Latin. Comme disait Ionesco « Mieux vaut un grand succès dans un petit théâtre qu’un petit succès dans un grand théâtre »

La Cantatrice Chauve Lutetiablog Lutetia Blog

Cette pièce qui était avant-garde lors de sa sortie est maintenant un classique traduit dans toutes les langues et un must see de la vie culturelle parisienne. C’est donc avec beaucoup de curiosité de nous sommes allés voir la pièce.

Une pièce absurde donc avec des dialogues qui passent du coq à l’âne, qui se contredisent d’une seconde à l’autre, une histoire sans queue ni tête  Je comprends mieux le tumulte que la pièce a créé en 1957. Un seul regret : un absurde qui devient prévisible sur la fin où dès qu’un acteur dit quelque chose, on sait qu’un autre acteur va dire le contraire dans la minute.

Une expérience tout de même enrichissante et une bonne action à la fois : en effet, du fait de l’augmentation des loyers, la pièce est régulièrement sur le point de ne plus être distribué à la Huchette.

Parisiens, cultivez-vous et soutenez La Cantatrice Chauve, un des spectacles parisiens culte, en prenant des maintenant vos billets sans le repousser à plus tard, car après tout « on a le temps… » et bien on ne sait jamais et mieux vaut maintenant que jamais !

La Cantatrice Chauve au Theatre de la Huchette
23 rue de la Huchette, 75005 Paris
Du mardi au samedi à 20h
Prix : 23€


13 septembre 2012

Le porteur d’histoire au Theatre 13 (critique)

On est d’accord, le titre de cette pièce est nul et ne donne absolument pas envie de traverser tout Paris pour aller au Théâtre 13. Ceci dit fousdetheatre en a dit tellement de bien que quand j’ai eu l’occasion de gagner des places via son blog, j’ai aussitôt participé au concours et j’ai gagné deux places !

L’histoire : Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d’imaginer que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents. Quinze ans plus tard, au cœur du désert algérien, une mère et sa fille disparaissent mystérieusement.

Le porteur d'histoire Lutetiablog Lutetia Blog

Encore une fois, le pitch ne fait pas honneur à la véritable pièce.
Voici ce le pitch devrait dire : Le porteur d’histoire c’est un véritable roman que le spectateur suit de façon haletante. C’est une histoire composée de plein de petites histoires, toutes plus fascinantes les unes que les autres. Sur scène cela donne des séquences de quelques minutes dans un pays, dans une époque…. avec des acteurs qui évoluent à une vitesse incroyable mais jamais sans perdre le public. Le public qui est en attente perpétuelle, qui veut connaitre la fin de cette histoire, et de ce recit et de celui-ci aussi ! Le public qui a l’impression de suivre mille feuilletons à la fois et qui ne saurait dire lequel il préfère car, après tous, les clifhangers sont tous plus prenants les uns que les autres. Le porteur d’histoire, c’est tout ça à la fois avec un décor, des costumes et un éclairage minimaliste, saupoudré par une dose d’histoire et de légende, celle la même qui donne envie de faire des recherches sur Internet à la fin de la représentation.

Le porteur d’histoire au Théâtre 13
Jusqu’au 14 octobre 2012
Le mardi, jeudi et samedi à 19h30, le mercredi et vendredi à 20h30, le dimanche à 15h30
Prix : 24€ ou 16€ pour le tarif réduit – Et bien sûr, le 13ème jour du mois au Théâtre 13, c’est 13 euros.
Texte : Alexis Michalik
Mise en scène : Alexis Michalik
Comédiens : Amaury de Crayencour, Evelyne El Garby Klai, Magali Genoud, Eric Herson-Macarel, Régis Vallée

Edit du 02 octobre: suite au succès de la pièce, celle ci sera visible à partir du 6 février 2013 au Studio des Champs Elysées, 15 avenue Montaigne, 75008 Paris. Réservations au 01 53 23 99 19.

11 septembre 2012

Anne Frank au Théâtre Rive Gauche (critique)

Depuis le 6 septembre 2012, le comédien Francis Huster porte au théâtre une pièce pour laquelle il s’est battu pendant des années : Anne Frank.

Anne Frank Theatre Gauche Lutetiablog Lutetia Blog

La pièce ne raconte pas tant l’histoire d’Anne Frank que celle de son père, de retour au Pays Bas et qui découvre le journal de sa fille. Le spectateur alterne donc entre la vie d’Otto Frank après guerre et des scènes de vie à l’Annexe (l’Annexe étant les pièces où ont vécu les Frank et leurs acolytes cachés pendant deux années), revécu à travers le journal d’Anne. Pour info, les textes extraits du Journal d’Anne Frank ont été vérifiés à la virgule près par la Fondation Anne Frank, le spectateur ne risque donc pas de trouver que la pièce dévie par rapport au livre original.

Francis Huster est comme toujours poignant dans son rôle et joue parfaitement son role de père envers Anne Frank. Une émotion qui passe également très bien de la part de la jeune comédienne qui joue Anne.

Un seul regret sur cette pièce : le choix de la musique « triste » la même que celle que l’on entend dans tous les films et pour toutes les pièces « tristes » Dommage d’avoir utilisé cette bande son si commune.

Anne Frank au Theatre Rive Gauche
Du mardi au vendredi à 21h, samedi à 15h30 et 21h, dimanche à 15h30
Jusqu'au 20 decembre 2012
Prix : 42 à 52€
Mis en scène par Steve Suissa
Adapté par Eric-Emanuel Schmitt
avec Francis Huster (Otto Frank), Roxane Duran (Anne Frank)

08 septembre 2012

Les Menteurs au théâtre de la Porte Saint Martin (critique)

Le duo Chevallier et Laspales fait en cette rentrée 2012 son retour au théâtre avec la pièce les Menteurs.

L'histoire:
Chargés d’annoncer une mauvaise nouvelle à deux personnes âgées au cœur fragile, deux braves « bobbies » appuient sur la sonnette d’un petit pavillon le soir de Noël... La maladresse des deux policiers n’égalant que leur absence de jugeotte, l’affaire prend rapidement une tournure des plus burlesques. La vieille dame n’a plus toute sa tête, une voisine inquiétante terrorise son monde, un pasteur cache quelque chose, une jeune fille peut en cacher une autre, un chien aboie...
Texte d’Anthony Nielson adapté par Marianne Grove
Mise en scène de Jean-Luc Moreau
Avec Philippe Chevallier et Regis Laspales
Durée : 1h45

Les Menteurs Lutetiablog Lutetia Blog

La pièce est une comédie mais qui évite fort heureusement de tomber dans les pièges de la comédie : pas de critique gratuite, de blague raciste ou scatologique, pas de lourdes scènes de cul (sauf peut être un passage qui m’a semblé un peu inutile…) bref un humour tout en finesse avec un gros travail sur les jeux de mots.

Une fois tous les écueils ci-dessus évités, on ne peut malheureusement pas passer à côté du public. Le public qui vient pour rire et en veut pour son argent : a peine les rideaux ouverts, on applaudit, le premier acteur penètre sur scène, on applaudit ; le second arrive à son tour, on applaudit encore ! Mais laissez nous profiter tranquillement de la pièce !

Bref, Chevallier et Laspales incarnent parfaitement bien ces policiers qui se laissent complètement dépasser par la situation et chaque personnage trouve parfaitement sa place dans ce puzzle humain (sauf une voisine qui est complètement excessive : une caricature totalement incroyable)

Une pièce donc à voir pour : les amateurs de comédie, les amateurs de Chevalier et Laspales et à tenter pour les autres qui pourront être agréablement surpris.

Les Menteurs au théatre de la Porte Saint Martin
Jusqu’au 31 octobre 2012
Du mardi au vendredi à 20H – Samedi à 16h45 et 20h30 – Dimanche à 15h
Prix : de 15 à 66€

01 septembre 2012

Rentree theatrale 2012 : les reprises

La rentrée théâtrale de l’automne 2012 semble assez pauvre comparé aux autres années. Peut être à cause de nombreuses reprises des succès de la saison précédente ?

En attendant, voici une chance de rattrapage pour les pièces suivantes (par ordre chronologie : cad en commencant par celles qui se terminent le plus tôt) :

 

Monsieur Ibrahim Lutetiablog Lutetia Blog

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran au théatre Rive Gauche dont j'ai déjà parlé sur ce blog
Le pitch : Paris, années soixante : Momo, un garçon juif de douze ans, devient l'ami du vieil épicier arabe de la rue Bleue pour échapper à une famille sans amour. Mais les apparences sont trompeuses : Monsieur Ibrahim n'est pas arabe, la rue Bleue n'est pas bleue et la vie ordinaire peut-être pas si ordinaire...
L'histoire émouvante et cocasse d'un gamin au franc-parler et d'un sage modeste et enjoué. Comment échapper à la solitude, à la malédiction du malheur ? Comment apprendre à sourire ?
Date : du 14 septembre au 26 octobre 2012 - Lundi à 20h et vendredi, samedi, dimanche à 19H
Prix : de 35 à 40€

 

Le roi se meurt lutetiablog lutetia blog

Le roi se meurt au Théatre des nouveautés
Le pitch : Il y avait dans un pays imaginaire un vieux roi qui croyait tenir dans son poing un pouvoir éternel.
Puis un jour, tout bascule dans l'anarchie et dans l'horreur. Le roi doit alors accepter l'inéluctable, le grand rendez-vous avec la mort. Mais va-t-il mourir ?
Date : du 12 septembre au 8 novembre 2012 - du mardi au samedi à 21h - le dimanche à 16h
Prix : de 25 à 57€

Inconnu à cette adresse lutetiablog lutetia blog

Inconnu à cette adresse au théâtre Antoine
Le pitch : Dix neuf lettres entre deux amis racontent la complicité profonde et joyeuse entre un Allemand et un Juif américain, à l’heure de la montée du nazisme. Au fil de la correspondance, le ton s'assèche, l'angoisse pointe autant que le suspens. Un drame individuel se noue.
Date : du 4 septembre au 1 décembre 2012 - du mardi au samedi à 19h
Prix : de 16 à 34€
Ma critique d'Inconnu à cette adresse

 

le repas des fauves lutetiablog lutetia blog

Le repas des fauves au théâtre Michel
Le pitch : La soirée se déroule sous les meilleurs auspices, jusqu'à ce qu'au pied de leur immeuble soient abattus deux officiers allemands.
En représailles, la Gestapo investit l'immeuble et décide de prendre deux otages par appartement. Le Commandant Kaubach, qui dirige cette opération, reconnaît en la personne du propriétaire de l'appartement, M. Pélissier, le libraire à qui il achète régulièrement des ouvrages.
Soucieux d'entretenir les rapports courtois qu'il a toujours eus avec lui, Kaubach leur laisse alors la liberté de choisir eux même les deux otages qu'il viendra chercher au dessert.
C'est ainsi que peut commencer " Le Repas des Fauves ".
Molière du théâtre privé, du metteur en scène : Julien Sibre et de l'adaptateur/traducteur : Julien Sibre
Date : du 14 septembre au 31 décembre 2012 - En semaine à 21h, samedi à 16h30 et 21h, dimanche à 16h
Prix : de 24 à 62€

A vos claviers pour réserver les places et trouver les meilleurs prix pour chaque représentation


19 août 2012

Les Bonnes au théâtre du Lucernaire (critique)

L’été à Paris, le programme théâtral est presque inexistant, mais on peut faire confiance au Lucernaire pour proposer de bons divertissements notamment en reprennant la pièce Les Bonnes qui avait connu l'été dernier un succes certain (surtout en été!)

Les Bonnes Lucernaire Lutetiablog Lutetia Blog

L’histoire est simple : deux bonnes, ayant fait emprisonner l’amant de leur maitresse, redoutent que celle-ci comprenne d’où vient la traitrise et décident du coup de l’empoisonner.

La pièce est difficile à suivre : du théâtre dans le théâtre. Les bonnes jouent successivement leur propre rôle et celui de Madame (la maitresse). Le jeu des actrices : Marie Fortuit et Violaine Phavorin pour les bonnes et Odile Mallet pour Madame nous permet d’y voir clair et de ne pas se laisser perdre par l’intrigue. Dans un décor assez minimaliste, les trois femmes alternent entre joie et tristesse, amour et haine et partagent leurs émotions à vif avec le public.

Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir ce texte de Jean Genet.

Les Bonnes au théâtre du Lucernaire
Jusqu'au 1 septembre 2012
Du mardi au samedi à 18h30
Prix : de 15 à 25€

23 juillet 2012

Brel ou l'impossible rêve au Theatre Ranelah (critique)

Grace à Fnac Spectacles, j’ai (encore) gagné des places pour aller voir « Brel, ou l’impossible rêve »

Brel impossible reve lutetiablog lutetia blog

Ce spectacle musical conçu et mis en scène par Andre Nerman, raconte le combat de Brel pour devenir un musicien, quand tout le monde se moquait de lui ou quand il perdait des concours musicaux. Dans l’ordre chronologique, le spectateur redécouvre (ou découvre) les titres de celui qui a aimé les femmes jusqu’au dernier jour, qui a voyagé jusqu’à son dernier jour.

Un trio sur scène : un homme : Brel, une femme : toutes les femmes et un pianiste : le narrateur , tous les trois réussissent à nous emporter dans l’univers de Brel en récitant ou en chantant ses chansons les plus connues.

Un regret cependant : des transitions qui sont parfois un peu abruptes, où le spectateur a du mal à comprendre où il en est.

Brel ou l’impossible rêve
Theâtre Ranelah
jusqu’au 29 juillet 2012 - 20h en semaine

19 juillet 2012

La chambre d'Isabella au Monfort avec Paris Quartier d'Ete (critique)

Je n’avais pas repéré La Chambre d’Isabella lors de ma sélection du programme Paris Quartier d’été, mais lorsque j’ai gagné des places grâce au magasine Mk2 Trois Couleurs, j’ai été très heureuse de pouvoir découvrir ce spectacle à la description si énigmatique : « il y a ceux qui l’ont vue (et très souvent revue), et puis ceux qui en rêvent. Il y a ceux qui veulent en parler et ceux qui guettent le rais de lumière sous la porte.»

la chambre d'isabella lutetia lutetiablog

 
La Chambre d’Isabelle de Jan Lauwers a été révélé en 2004 au festival d’Avignon et a obtenu de nombreux prix depuis comme le Prix de la Communauté Flamande Culture en 2006. La chambre d’Isabelle c’est un spectacle à la croisée du théâtre, de la danse, voire même de la commédie musicale ; c’est le récit d’Isabella Morandi, aveugle et majestueuse, 94 ans, 73 amants qui raconte sa vie et ses secrets (ou plutôt, les secrets des autres)

Le spectacle est vraiment incroyable, c’est un voyage à travers le monde et si ce n’est pour l’histoire, cela vaut vraiment le coup d’aller voir La Chambre d’Isabelle pour les chorégraphies magnifiques qui ponctuent les 2h de représentation. L’occasion également de découvrir Sung-Im Her, une danseuse de Korée du Sud qui dégage une présence, un dynamisme et une joie de vivre incroyable.

La Chambre d’Isabelle au programme de Paris Quartier d’été
Du 17 juillet au 04 aout 2012
Theatre Monfort
20€ plein tarif


Et pour tenter chaque jour de gagner des places, rendez-vous sur la page facebook de Paris Quartier d'Ete

26 juin 2012

Une Histoire de la Comédie Française au théâtre Ephémère de la Comédie Française (critique)

Si je n’avais pas gagné les places pour Une Histoire de la Comédie Française grâce à Fous de Théâtre, je ne serai jamais allée voir cette pièce.  Ce qui aurait été bien dommage.

Comme le titre l’indique bien, la pièce est une rétrospective de l’histoire de la comédie française et c’est le fruit de la collaboration de Christophe Barbier pour l’écriture et Muriel Mayette pour la mise en scène.

 

Une histoire de la comédie francaise lutetia lutetiablog blog

Chaque siècle est représenté par un acteur qui joue les acteurs et les moments clefs de chaque époque. Un décor minimaliste (sachant que le seul accessoire sur scène est le fauteuil de Molière que l’on voit pour le XVIIeme siècle, on pourrait même dire : pas de décor) mais une représentation portée par ses acteurs.

L’occasion de réviser l’histoire de la Comédie Francaise : création, mise en péril, révolution, déménagement, incendie, les ratés, les innovations… L’occasion également de découvrir d’excellents acteurs : Elsa Lepoivre époustouflante dans ses représentations du XIXème siècle et Pierre Niney  éblouissant dans son interprétation (et auto critique) du XXème siècle. Enfin, une pièce qui va plus loin que la rétrospective, en mettant en scène un XXIème siècle futuriste à mourir de rire, le tout porté par Elliot Jenicot.

A peine un mois sur scène, la pièce ne passe malheureusement déjà plus.

 

PS : pour ceux qui se demandent si même la Comédie Francaise a cédé à la mode de l’éphémère, je vous rassure : le théâtre éphémère existe uniquement le temps de la restauration de la salle Richelieu. Plus d’info sur le blog Hotel Paris Rive Gauche.

22 juin 2012

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran au théâtre Rive Gauche (critique)

L’histoire de Monsieur Ibrahim, c’est celle d’un jeune ado, Momo, abandonné par sa mère et incompris par son père. Monsieur Ibrahim lui, c’est l’arabe du quartier qui se prend d’affection pour le petit Momo. Enfin, l’arabe du quartier version Parisienne c'est-à-dire « ouvert de 8h à minuit tous les jours même le dimanche » Dans les années 60, l’histoire nous raconte la création de ce lien d’affection presque parentale, l’évolution de Momo jusqu’à sa prise d’indépendance totale.

Monsieur Ibrahim Lutetia Blog

Mise en scène par Anne Bourgeois, la pièce est jouée en alternance par Eric-Emmanuel Schmitt et Francis Lalanne qui interprètent tour à tour Monsieur Ibrahim et Momo. Francis Lalanne m’a fait découvrir un texte magnifique que je ne connaissais pas, mais surtout il est remarquable (si tant t’est qu’on arrive à mettre de côté nos aprioris sur l’acteur) et entraine son public dans le tourbillon de l’histoire de Momo.

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran au théâtre Rive Gauche
Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 17h
Jusqu’au 1 juillet 2012