25 février 2013

Rappel : encore plus d’infos et de bons plans parisiens sur le Scoop.it ou Twitter de Lutetia

N’oubliez pas de me suivre sur Twitter ou Scoop.it : j’y partage les informations que je n’ai pas le temps de mettre ici comme par exemple :

-          Une visite insolite des ruches hébergés sur le toit du Grand Palais

-          La vente aux enchères et exposition de certains meubles du Crillon

-          Les ateliers de reflexion ouverts à tous concernant l'avenir de la petite ceinture

-         L'ouverture de la manufacture de chocolat d'Alain Ducasse à Paris

Voici donc le lien de ma page scoop.it Paris secret et insolite et celui vers mon compte Twitter Lutetiablog.

Posté par Lutetia à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


31 janvier 2013

Exposition Canaletto au Musée Maillol ou découvrir Venise sans voyager

L’exposition Canaletto au Musée Maillol se termine le 10 février, il était donc temps d’aller y faire un tour.


Tout d’abord, un petit historique sur Canaletto qui s’appelle en réalité Giovanni Antonio Canal mais fut surnommé Canaletto à cause de son inclination à peindre des canaux. Né à la fin du 17ème siècle en Italie, Canaletto est le fils d’un peintre de décors pour théâtre. Il travaille avec son père et c’est ainsi qu’il apprend la peinture. Il décide en 1720 d’abandonner totalement les décors de théâtre pour se consacrer à la peinture.

Canaletto rencontre rapidement du succès avec ses vues de Venise et devient un des, si ce n’est créateurs, représentants majeurs du « vedutisme » qui correspond à l’air de peindre des vues urbaines. Fort de son succes, Canaletto devient un peu imbus de lui même, il ne cesse d’augmenter le prix de ses peintures (alors qu’il a déjà une commande à un certain prix) et souhaite s’inventer des origines nobles.

Canaletto Maillolo Lutetiablog Lutetia

Passons maintenant à la découverte des techniques de travail et des oeuvres de Canaletto.
L’exposition organise les peintures par thème : le canal grande, la piazza san marco... ce qui permet facilement des comparaisons entre les représentations mais empêche de voir une évolution dans le style de Canaletto, notamment au niveau de l’utilisation de la lumière.
Pour peindre des vues aussi précises, Ca naletto a documenté extrêmement clairement de nombreux bâtiments de Venise : il partait en barque avec des carnets de croquis et une chambre optique (qui lui permettait de voir les bâtiments sous un angle différent et parfois avec plus de précision) et remplissait ses carnets de dessins préparatoires, de détails architecturaux.
Canaletto composait ensuite une peinture en disposant des bâtiments pour que ceux ci rendent l’effet souhaité : il n’hésitait à changer complètement les proportions d’une église (ce qu’on peut voir en comparant chaque peinture avec ses voisines), à rapprocher deux bâtiments distant dans la réalité, à présenter un côté de cathédrale comme la face... puis à rajouter quelques personnages pour mettre un peu de vie dans ses oeuvres. Pour info, une guide avait une loupe qu’elle utilisait pour montrer des détails à ses visiteurs, c’etait très malin et pratique.

 

Trois oeuvres sont à retenir de cette exposition :

-          un carnet de croquis préparatoire que l’on peut feuilleter virtuellement – à voir car il s’agit d’un des seuls carnets restants

-          un capriccio, c’est à dire une représentation fantasmé du pont du rialto, sur la base d’un projet de Palladio qui ne fut jamais exécuté (ce qui m’a fait penser à l’exposition sur l’architecture imaginaire et fantasmé à la Conciergerie) – à voir car c’est un des seuls capriccio de Canaletto.

canaletto_palladio lutetiablog lutettia

-          une vue de nuit d’une fête à  l’eglise san Pietro Castel – à voir car il s’agit de la seule peinture de nuit dont dispose le musée Maillol pour cette exposition

 

Canaletto à Venise au musée Maillol
Jusqu’au 10 février 2013
59 rue de Grenelle, Paris 7
Prix : 11€
Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h – Nocturne le vendredi jusque 21h30

24 janvier 2013

Exposition « Et l’homme créa le robot » au musée des Arts et Métiers très sympa, pour les grands comme pour les petits

Le musée des arts et métiers présente l’historique des robots et montre la place que ceux ci ont dans notre société actuelle.

Et l'homme créa le robots lutetiablog Lutetia



En préambule de la visite, deux robots Robbix et Robbixa discutent ensemble sur les trois lois de la robotique :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

Mais n’avançons pas trop vite et replaçons un contexte historique autour de l’histoire des robots.

 

Tout a commencé avec ... les horloges. Et oui, ce mouvement automatique est à la source de l’existence des automates, qui faisaient un mouvement répétitif et identique en permanence.

Cette amorce de la robotique a donné des idées et, très vite, le monde a vu la création de film avec des robots quasi humains ou encore des jouets robots (qui sont aujourd’hui collectors)

Les robots ont ensuite servis principalement pour l’exploration et pour aller là où l’homme ne peut aller et faire ce que l’homme ne peut pas faire, les exemples les plus connus étant : en eau profonde et dans l’espace. C’est lors de ces missions que l’homme a commencé à prendre conscience de certaines limites de ces robots.

L’exposition permet ensuite de découvrir certains robots très utiles au monde et à Paris, comme par exemple le robot Varape qui nettoie les vitres de la pyramide du Louvre. On peut également voir des petits robots conçus pour intéragir avec l’humain, il faut vraiment « jouer » avec eux afin de provoquer des réactions et de voir ce que ça donne.

On passe ensuite à une partie dédiée à la robotique et à la médecine : les robots étant actifs à la fois en tant que soignant (pour faire des opérations très précises par exemple) mais aussi en tant que remplacement d’une partie humaine manquante (qu’il s’agisse d’un membre entier ou d’un petit organe)

La visite se termine en compagnie de robots de film célèbre : C3PO, le méchant de Terminator.....

Mon conseil, pour bien profiter de la visite, essayez de faire la visite guidée qui a lieu chaque jour à 15h30 en semaine et 14h et 15h30 le week end.

Et l'homme... créa le robot au Musée des Arts et Métiers
Du 30 octobre au 3 mars 2013
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, le jeudi jusque 21h30
Plein tarif : 5,5 euros (et si l'expo vous interesse, j'espère que vous avez profité de la réduction qu'il y AVAIT sur le site l'exponaute)

18 janvier 2013

Assister à la revue mythique du Lido « Bonheur » et en prendre plein les yeux

Comme je l’avais dit dans mon récit de la visite des Coulisses du Lido, il est plus sympa de voir le spectacle puis de faire le tour guidé afin de pouvoir reconnaitre des éléments des costumes ou des décors et raviver nos souvenirs du spectacle.

C’est ce que j’avais moi même fait, ayant pu être invitée par une amie qui travaille au Lido ! L’amie en question m’avait prévenue : les places ne sont pas placées et fonctionnent par catégorie, donc pour être le mieux classé de la catégorie, il faut arriver tôt soit vers 19h. Attention, passage obligatoire et payant au vestiaire (2€ la pièce)

Installés par le chef de rang, celui ci nous apporte immédiatement une bouteille de champagne. Le spectacle commence tranquillement avec quelques musiciens et une chanteuse qui chauffe la salle. Les spectateurs ayant pris la formule repas, dinent pendant que le groupe fait sa prestation. Certains couplent vont même danser sur la piste de danse.
Un photographe passe également dans les rangs pour prendre en photo tous les visiteurs.

La revue commence enfin avec la meneuse de revue qui semble descendre du ciel. Le spectacle est un enchainement de petits numéros avec à chaque fois des thèmes et des costumes différents : la nature avec des costumes à base de plume d’oiseux multicolores, la mode avec des robe type Audrey Hepburn, les chats avec des costumes.... de chats, le sexy avec des déguisements de léopards...., l’inde avec un temple indien et des statues indiennes, l’eau avec la piscine (on pourrait plutôt parler de bassin), le cabaret avec un numéro qui fait beaucoup penser à la comédie musicale Cabaret....

Lido Lutetiablog Lutetia

Les Blubells Girls dansent sur scène. Pour rappel, il y a celles qui dansent seins nus et les autres, le must étant bien sûr de faire parti de la troupe des topless. On voit également la meneuse de revue évoluer et notamment passer avec son magnifique manteau de plumes blanches qui vaudrait 80 000€ selon la guide des Coulisses du Lido.

Entre certains petits numéros d’ « entractes » avec un clown, un couple de patineur qui fait son petit effet sur la minuscule patinoire qui surgit au milieu de la scène, un joueur de diabolo très doué et un spectacle de draps toujours très appréciable car selon moi très similaire au pole dance.

Le spectacle se termine avec la star du spectacle qui trouve enfin le bonheur : « ce soir j'ai trouvé le bonheuur merci et bonsoir, au lido de paris, quel bonheur! » et le photographe qui vient à chaque table vendre ses photos, retouchées svp !

 

Une soirée qui passe très très vite, où chaque numéro offre une surprise et est l’occasion de s’émerveiller devant les idées du chorégraphe, le faste des décors et la beauté des costumes (dont on ne remarque pas du tout, de loin, que ceux ci sont tout élimés et reprisés). C’est peut être une attraction à touriste, mais cela vaut vraiment le coup de le faire une fois dans sa vie.

 

Revue Bonheur au Lido
Prix : de 160€ à 60€ - Pour rappel, il y a pour chaque représentation quelques places disponibles au bar à 60€
116 bis avenue des Champs Elysée, Paris 8ème
Tel : 01 40 76 56 10

17 janvier 2013

Participez au flash mob / bataille de polochon ce dimanche 20 janvier à Paris

Dimanche 20 janvier 2013 à 15h, venez vous défouler et participer à un flash mob gigantesque en vous engageant dans la bataille de polochon.

Bataille de Polonchon Lutetiablog Lutetia

Armez vous de vos oreillers les plus « plumeux » et lancez-vous. L’occasion de tabasser vos ennemis ou de faire des calins tout doux à vos amis.

Pour ceux qui hesitent encore, voici un petit aperçu du même flash mob édition 2012.

Bataille de polochon 2013
Dimanche 20 Janvier 2013 à Paris
15h
Lieux : Esplanade de la gare Saint Lazare


14 janvier 2013

Visite de l’Assemblée Nationale (ou le Palais de Bourbon)

Depuis mi novembre 2012, plus besoin de constituer un groupe pour pouvoir visiter l’assemblée nationale qui propose maintenant des visites pour individuel. J’ai donc sauté sur l’occasion pour découvrir l’ancien Palais de Bourbon.

Assemblée Nationale Lutetiablog Lutetia

Initialement construit de 1720 à 1728 à 5 hectares à la périphérie de Paris et inspiré du Grand Trianon de Versailles, le palais de Bourbon, étroitement lié à l’hôtel de Lassay, se situe maintenant au cœur de Paris. Les jardins de cet hôtel particulier donnaient directement sur la scène.
Pendant la révolution, le palais de Bourbon a été transformé en hémicycle pour les députés donc le prince de Condé n’a jamais pu récupérer ce bien qui restera propriété de l’état par la suite.
NB : l’hôtel de Lassy qui a conservé son style et son arrangement original est aujourd’hui toujours visitable mais uniquement en compagnie d’un député ou pendant les journées du patrimoine.

 

La visite commence par la galerie des fêtes décorée de peintures de Francois Joseph Heim, qui relie les 2 hémicycles : ancien et nouveau, l’ancien hémicycle étant maintenant trop petit pour accueillir tous les députés.

Galerie des fetes Lutetiablog Lutetia

On continue par la rotonde, le « carrefour » de l’assemblée nationale qui abrite notamment un kiosque à journaux.
On passe ensuite par la salle des pas perdus avec sa décoration mixte de peintures symboles de la révolution industrielle (bateau à vapeur, locomotive...) et de nus de l’antiquité.
On avance jusqu’à la salle des quatre colonnes, celle la même où l’on voit souvent les journalistes interviewer les députés à la sortie des séances.
On découvre le grand salon avec son haut relief en un bloc de bronze de 4 tonnes qui montre la réunion des états généraux du 23 juin 1789.

Salles des séances Lutetiablog Lutetia
On admire enfin hémicycle avec sa grande peinture murale de l’école d’Athène de Rapahelle avant de passer à la salle des conférences avec sa décoration très lourde. Au 4 coins de la pièce la statue des rois principaux de France : Louis VI, Louis XII, Charlemagne et Saint Louis ; sur les murs les textes importants pour la démocratie Française tels que le Charte de 1830 ou le Code de Napoléon ou encore la représentation des vertues du pouvoir : force, tempérance, prudence et justice. Avant de découvrir la pièce suivante, on admire un magnifique piano : un meuble qui était utilisé avant internet et le téléphone portable pour transmettre des messages aux députés.

Piano Assemblée Nationale Lutetiablog LUtetia

La visite se termine par la magnifique bibliothèque dont les plafonds ont été peints par Delacroix et qui contient plus de 800 000 livres (dont 90% sont en fait à la réserve au sous sol) La bibliothèque contient entre autre une copie du procès de Jeanne d’Arc ou encore un des 3 calendriers aztèque existant encore dans le monde.

 Bibliothèque Assemblée Nationale Lutetiablog Lutetia

Après ce tour de l’Assemblée Nationale, le visiteur est invité à découvrir une collection de Marianne et à passer faire de menue emplettes à la boutique.

 

Visite de l’Assemblée Nationale
Le samedi à 9h30, 10h30, 14h et 15h
Inscription par mail : visites-individuels@assembléee-nationale.fr ou par téléphone au 01 40 63 56 00
Visite guidée possible quand l’Assemblée siège
Prix : GRATUIT
NB : il faut venir avec une pièce d’identité

13 janvier 2013

Exposition Chaim Soutine, l’ordre du chaos à l’Orangerie

Chaim Soutine est une artiste russe venu en France encore tout jeune avec l’espoir d’apprendre la peinture et de devenir peintre. Hebergé dans un premier à la Ruche, un des ateliers d’artiste de Montparnasse, celui ci devient vite ami avec Modigliani qui le présente à son marchand d’art : Zborowski.

Chaim Soutine supportant mal la vie parisienne et les parisiens, Zborowski lui propose d’aller se reposer quelques temps à Ceret et lui offre même de lui payer son transport, ce que Soutine accepte. C’est le début d’une grande période de peinture avec des series de paysages très tourmentées, d’autant plus que Soutine y apprends la mort de son ami Modigliani.

En 1922, le collectionneur américain Alfred Barnes tombera en pâmoison devant les toiles de Soutine et en achetera une soixantaine ce qui garanti enfin un peu de sécurité financière à Soutine. Plus tard, il trouve un autre « mécène » en la personne de Marcellin et de sa femme Madeline Castaing.

Très connu pour son temperament fougueux et son processus de creation très particulier, Soutine ne supporte pas que quiconque l’observe peintre ou même jette un oeil sur une de ses toiles avant que celle ci soit finie, sauf Madeleine Castaing qui est devenu très proche de l’artiste.

Chaim Soutine Maisons Lutetiablog LutetiaLes Maisons de Chaim Soutine


L’exposition s’organise autour de trois axes : 1) les paysages 2) les natures mortes et 3) les portraits (celles ci même qui ont permis à Soutine de se faire remarquer par Barnes)  Une belle retrospective sur l’oeuvre de Soutine qui permet d’avoir une large vision de ses oeuvres et notamment de bien appréhender sa façon de travailler et son obsession des series. Une exposition que j’ai eu beaucoup de plaisir à voir, notamment parce que j’ai pu faire de nombreux liens avec les explications de la guide de l’expo Modigliani / Soutine à la pinacothèque.

 

Chaim Soutine, l’ordre du chaos au musée de l’Orangerie
Jardin des Tuileries
Jusqu’au 24 janvier 2013
Ouvert du mercredi au lundi de 9h à 18h
Prix : 7,5€

11 janvier 2013

Revivre le paris médiéval avec l’expo la demeure médiévale à Paris aux Archives Nationales

Au vu de nom de l’exposition, je m’attendais à en découvrir beaucoup sur les maisons médiévales : l’organisation typique d’une demeure, les caractéristiques archirecturaleset sa perpetuation et sa survie à travers le temps. Mais, à mon sens, l’exposition porte plus sur la ville médiévale que sur la demeure médiévale.

 

demeure medievale lutetiablog lutetia

On commence par reposer le contexte historique : à l’époque Paris était constitué de grands domaines qui appartenaient au roi, aux nobles ou à des congrégations religieuses. Quelques plans subsistent encore, mais ce sont principalement les documents commerciaux et juridiques qui permettent de reconstituer la ville telle qu’elle était à l’époque. L’exposition présentent donc bon nombre de ces documents : diplomes confirmant l’immunité de tel ou tel édifice à son propriétaire, facture des matériaux pour construction, jugement concernant un accident arrivé lors d’un chantier, legs,.... Ecris en latin ou en francais ancien, des gros plans et des traductions sont parfois proposés sur le côté de chaque vitrine, attention à ne pas les rater car ils apportent des informations interessantes quand on ne peut rien comprendre des documents exposés en vitrine.

 On passe ensuite aux hôtels particuliers parisiens les plus prestigieux. L’exposition présente les plus beaux hôtels particuliers : certains ont completement disparus et d’autres présentent encore quelques vestiges du passé : hotel de Bourgogne, hôtel de Soubise, hotel de Saint Mesme.... le visiteur met des images sur ces noms et les repositionne dans Paris.

 Au final une expo interessante sur le Paris médievale et pratique pour mieux repérer les restes d’hôtel particuliers à Paris, mais un peu hors sujet par rapport au titre et très petite : l'expo tient en deux salles.

 

La demeure médiévale à Paris aux Archives Nationales
60 rue des Francs Bourgeois, paris 03
Jusqu’au 14 janvier 2013
Prix : 6€
Ouvert du lundi au dimanche de 14h à 17h30

10 janvier 2013

Observer les poissons et les requins au Cineaqua de Paris via la réduction dispo sur Groupon

L’aquarium de Paris est bien connu des parisiens pour plusieurs raisons : 1) il est situé à Trocadero soit juste en face de la Tour Eiffel  2) c’est le deuxième aquarium de Paris en taille après celui de la Porte Dorée et 3) il contient beaucoup de requins ce qui attire énormement les amateurs du genre et les enfants.

 

Cineaqua Lutetiablog Lutetia

Avec 43 bassins, 500 espèces de poissons sur 3500m² en souterrain, l’aquarium de Paris semble prometteur..... et pourtant. On fait très rapidemment le tour des bassins car les poissons sont un peu « fades » : pas de feu d’artifice de couleur mais beaucoup de poissons « neutres ». On apprécie pourtant le bassin à caresses où les enfants (et les plus grands) peuvent caresser des carpes (et après les mains sentent le poisson!) ainsi que le tunnel aux requins : un aquarium arrangé de telle sorte que les visiteurs peuvent en faire le tour et même passer en dessous : c’est dans cet aquarium que se trouvent la plupart des requins.
Le Cineaqua dispose également de deux salles de cinéma qui diffusent des films sur le thème de la mer dont la durée peut varier de quelques minutes à une heure.

Une promenade sympa mais qui ne vaut absolument pas les 20€ que le Cineaqua en demande et c’est pour cela qu’il faut profiter de la réduction actuellement proposée sur Groupon : une entrée à 9,99€ pour un adulte et 6,5€ pour un enfant, un vrai bon plan.

Pour la petite annecdote, sachez que l’aquarium a été construit en 1867 dans d’anciennes carrières qui ont servies à heberger la cavalerie de Napoleon puis de champignonnière, c’était alors le plus grand aquarium du monde.


Cineaqua / Aquarium de Paris à Trocadero
5 Avenue Albert De Mun
75016 Paris
Ouvert du lundi au dimanche de 10h à 19hPrix : Adulte 20€ ou sinon profitez de l'offre actuelle à 9,99€ sur Groupon