25 mai 2013

Retour du Pass Jeune pour les parisiens

Apres le succès de l’opération précédente, le Pass Jeune revient à Paris cet été. Le principe reste le même, les jeunes de 15 à 25 ans s’inscrivent et reçoivent gratuitement un pass donnant accès de à nombreuses activités culturelles et sportives à Paris.

Passjeune2013

Cette année, le programme est vraiment sympa avec des entrées gratuites pour :
- l’exposition Keith Haring au musée d’Art Moderne
- la maison européenne de la photo
- le palais de Tokyo
- le Petit Palais
- la crypte de Notre Dame
- le Panthéon
- le château de Vincennes
- le parc Bagatelle
ainsi que de nombreuses réductions pour d’autres activités.

Pour en profiter il faut s’inscrire sur http://passjeunes.paris.fr/ 

Posté par Lutetia à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


16 mars 2013

Le squat d’artiste 59 Rivoli et ses concerts du week end

Vous êtes surement déjà passé devant cet étrange bâtiment rue Rivoli ?

59 Rivoli Squat Lutetiablog Lutetia

Tout comme les frigos, il s’agit d’un squat d’artistes légalisé ou plus exactement d’un lieu de création. Au début (cad fin 1999), c’était vraiment un squat qui a été légalisé par la mairie de Paris.

Squat Rivoli Lutetiablog Lutetia

Aujourd’hui le 59 Rivoli c’est :
-  plus d’une trentaine d’artistes qui ouvrent tous les jours leurs portes aux visiteurs.
- une galerie d’art qui expose des œuvres d’artistes autres que ceux du 59 Rivoli
- un musée Igor Balut complètement fou composé d’un bric à brac incroyable
- des concerts au chapeau tous les samedis et dimanches à 18h
- un festival de musique qui dure trois jours deux fois par an

N’hésitez donc pas à entrer dans ce lieu d’arts mixtes pour faire un tour dans les ateliers ou tout simplement écouter un concert de musique.

Blague squat Rivoli Lutetiablog lutetia

Le 59 Rivoli
59 rue de Rivoli, Paris 1er
Prix : gratuit ou donation au chapeau

15 mars 2013

Recevoir le semestriel « Les carnets de Versailles » gratuitement chez soi

Versailles… on s’y rend principalement pour visiter le château mais le château de Versailles, ce n’est pas d’un bâtiment majestueux qui héberge un musée. Versailles, cela peut également être un bal avec le carnaval de Versailles, un pique nique en blanc, un concert à la chapelle, un spectacle de fontaines (parfois même avec un feu d’artifice), un opéra à l’opéra royal, etc

Pour s’y retrouver, il existe le magazine semestriel « Les Carnets de Versailles » qui regroupe tout ce que propose le château : visite, visite thématique, atelier, concert, exposition temporaire… le tout accompagné de petits dossiers comme par exemple un magnifique photoreportage sur les fontainiers (ceux d’aujourd’hui) ou l’historique des grandes eaux de Versailles.

Carnets Versailles Lutetiablog Lutetia

Le plus beau de l’histoire ? le magazine est gratuit et il suffit de s’inscrire en ligne pour le recevoir régulièrement et gratuitement chez soi.

Inscription pour recevoir le magazine "Carnets de Versailles" sur le site du château de Versailles.

11 mars 2013

Visite du Tribunal de Commerce de Paris

Le tribunal de commerce de Paris a été construit en 1865 par l’architecte Bailly dans le cadre du réaménagement de Paris voulu par Napoléon III et mis en place par Haussmann. Construit entre l’Hôtel Dieu, la caserne (qui correspond aujourd’hui à la préfecture de police) et en partie à la place d’un théâtre (qui lieu même avait été construit à la place de l’église Saint Barthélémy), le Tribunal de Commerce occupe aujourd’hui une bonne partie de l’ile de la Cité.

Le bâtiment était initialement séparé en deux avec d’un côté le Conseil des Prud’hommes de la Seine avec son entrée rue Aubé et le tribunal de commerce de Paris avec son entrée boulevard du Palais qui permettait de traverser la rue pour rentrer directement dans le Palais de Justice. Aujourd’hui, chacune des entités nécessitant de plus en plus de place, le bâtiment abrite uniquement le tribunal de commerce et l’entrée se fait par le Quai de la Corse.


tribunal_de_commerce_-_jmhullotPhoto de JM Hullot récupérée sur le site Jolpress

Vu de l’extérieur, le bâtiment semble être étrangement proportionné avec un porche d’entrée complètement excentré et pas du tout centré par rapport à la façade… c’est vrai et c’est normal car le portail devait être dans l’axe du boulevard de Sebastopol. Sur cette entrée, de nombreux symboles que l’on retrouvera partout lors de la visite : l’aigle, le N de Napoléon, la balance de la Justice, la muraille de Paris, le bateau symbole de Paris…

En entrant dans le tribunal, le visiteur passe rapidement entre deux lions majestueux (la force de la justice) qui gardent l’accès à un magnifique escalier en marbre à double volute. Cet escalier monumental et majestueux permet d’accès au premier étage qui contient la majorité des salles du tribunal de commerce.
escalier_tribunal_commerce_lutetiablog_lutetia
Dans des niches, des statues allégoriques avec métiers avec les arts industriels, les arts mécaniques, le commerce terrestre et le commerce martine.
Au dessus de l’escalier : un énorme dôme à huit pans et avec des oeils de bœufs sculptés. Cette coupole est à double niveau (j’utilise ce mot faute de mieux), c'est-à-dire qu’il y a deux coupoles : une que l’on voit de l’intérieur et une autre que l’on voit de l’extérieur…. les deux étant séparés de presque huit mètres… l’idée étant de faire quelque chose de joli et illuminé à l’intérieur mais également d’avoir un joli rendu extérieur : il faut donc construire une double structure.

Au premier étage, le visiteur découvre la petite salle des pas perdus ou la salle des pas perdus à caissons qui abrite quatre figures représentatives de quatre dates importantes dans l’histoire de la justice :
- 1563 : Michel l’Hopital qui œuvra toute sa vie pour la simplification du droit français
- 1673 : Colbert avec son ordonnance sur le commerce (code Savary) qui régule les opérations commerciales
- 1807 : Napoléon I qui ordonne la rédaction du premier code du commerce
- 1865 : Bailly avec la création du Tribunal de Commerce

A ce même étage, différentes salles de jugement dans lesquelles je vous recommande de pénétrer, certains sont richement décorées avec par exemple de très grandes peintures ou tapisseries des Gobelins.

Pas_perdus_tribunal_commerce_lutetiablog_lutetia

De retour au rez-de-chaussée, il est impossible de manquer la grande salle des pas perdus en forme d’atrium corinthien avec ses colonnes et son puits de lumière. On ne peut que regretter que lors de travaux d’agrandissement au début du siècle, le toit initial : une grande verrière en acier, ait été détruite pour permettre la construction d’un toit plus moderne et construire de nouveaux étages sur les côtés du bâtiment.


Le Tribunal de Commerce
34 quai des Orfèvres, Paris 1
Gratuit

04 mars 2013

Visite du Palais de Justice de Paris (ancien Palais de la Cité)

C’est pendant l’époque gallo romaine, que Julien l’apostat s’installe sur l’ile de la cité car la situation géographique offrait une protection idéale de part les bras de la Seine qui protégeaient l’ile. Au Xème siècle, le palais de la Cité a été construit et logeait la monarchie et depuis, il a été mainte fois détruit (guerre ou incendie) et agrandi. Charles V fut le dernier roi à y habiter et c’est lui qui décida de se faire construire une forteresse un peu plus excentrée (le château de Vincennes) permettant de fuir discrètement si besoin : en effet, la ville de Lutèce s’étant considérable agrandie en passant de 10 000 à 150 000 habitants et le palais était maintenant complètement coincé au milieu des habitations n’offrant qu’aucune sortie de secours. En attendant la fin de la construction, Charles V s’installe au Louvre qui était alors une forteresse située aux remparts de la ville.
Peu de temps après en 1776, le palais subit un changement d’organisation, qui sépare la grande cour, au milieu duquel trônait la Saint Chapelle, en deux petites cours, ce qui cache un peu ce qui était perçu à l’époque comme une « monstruosité d’art gothique ». 

Palais Justice LUtetiablog Lutetia

Pendant la période Haussmanienne, de grands travaux d’agrandissement sont entrepris et c’est l’architecte Duc qui supervise le chantier pour obtenir peu ou prou ce qui correspond aujourd’hui à notre Palais de Justice.

Voici quelques anecdotes architecturales sur la bâtiment actuel :
- sur le fronton est côté boulevard du Palais, notez les symboles mélangés de la monarchie (fleurs de lys, couronne) mais aussi de la république avec sa devise « Liberté, Egalité, Fraternité »
- dans la galerie en ligne avec l’entrée des avocats : les inscriptions relatives aux anciennes boutiques installées à l’entrée du Palais de Justice, notamment le "bureau d'écriture" pour l'écrivain public

PalaisJustice Boutiques Lutetiablog Lutetia


- la salle des pas perdus et ses poêles anciens classés en 1882 aux monuments historiques, dont certains fonctionnent encore.

PalaisJustice_Poele Lutetiablog Lutetia

- la première chambre civile du Tribunal de Grande Instance correspond à l’ancienne chambre du roi à l’époque de Philippe Le Bel. La salle a brûlée pendant la Commune mais fut restaurée à l’identique grâce à des peintures montrant les lieux avant l’incendie. A noter : au plafond les fleurs de lys ainsi que les porcs épics devise de Louis 12 : « qui s’y frotte s’y pique.»

PalaisJustice_1Chambre Lutetiablog Lutetia


- la galerie de saint louis qu’on peut uniquement admirer à travers deux portes en verre

Galerie Saint Louis Palais Justice Lutetiablog LutetiaPhoto récupérée sur le site de la cour de cassation


- la façade côté ouest qui, selon les plans de Duc, devait servir d’entrée principale mais ce ne fut jamais les cas car les travaux ont été arrêtés avant d’être finalisés
- la grande chambre de la cour de cassation (fermée au public mais parfois ouverte) : la plus grande et la plus richement décorée du palais de justice

Grande Chambre Cassation Lutetiablog LutetiaPhoto récupérée sur le site du Huffington Post

Et si c’est plus le fonctionnement de la justice qui vous intéresse, ne manquez pas :
- la première chambre civil du Tribunal de Grande Instance car c’est dans cette pièce qu’à siègé le tribunal révolutionnaire et ici que Marie Antoinette fut condamnée à la guillotine.
- la salle des criées où ont lieu les ventes aux enchères judiciaires de biens immobiliers, à la bougie selon la tradition
- la cour d’assise, à visiter en début de mois, pour assister aux procès criminels
- le correctionnel pour assister aux minis procès liés aux délits.

Palais de Justice de Paris
5 boulevard du Palais, Paris 2ème
Ouvert aux horaires administratifs
Accès : gratuit pour tous car en France, la justice est publique mais si on veut une visite guidée, il faut passer par le Centre des monuments nationaux et payer 7 euros.
A visiter en début de mois si on souhaite entrer à la cour d’assise


23 janvier 2013

Visite guidée gratuite de l’hôtel de Ville de Paris

Commencons par un petit historique en posant les bases : au début (XIIIème jusque début XVIème) il n’y avait pas d’hôtel de ville mais une simple maison aux piliers situé en face de la place de la grève. C’était sur cette place que les travailleurs venaient chercher du travail tous les matins et aussi manifester leur mécontentement quand ils ne trouvaient pas d’emploi, d’où l’expression « faire la grève »

maison aux piliers hotel de ville lutetiablog lutetia

Au début des années 1530, Francois Ième demande la construction d’un édifice plus imposant qui ressemblerait « aux châteaux de la Loire » dont la première pierre est posée en 1533 et la construction achevée en ...1628. Au cours du XIXème siècle l’hôtel de ville est agrandi plusieurs fois mais brûle totalement en 1871 pendant la Commune.

De 1873 à 1892 l’hôtel de Ville est reconstruit avec un plan similaire au précedent hôtel de ville mais en beaucoup plus grand. Lors de cette construction, l’édifice est doté des dernières modernités : le chauffage, le téléphone, l’electricité pour éclairer les pièces via 48 lustres de cristal.

 

Le nouvel hôtel de ville comporte de nombreuses salles de reception, dont la plus connue est la salle des fêtes qui est plus longue que la galerie des glaces de Versailles. Cette salle est décorée via des peintures et sculptures qui représentent des scènes de danse, de musique et de Paris ainsi que des provinces de la France dont ... l’Algérie.

Fete Hotel de Ville Lutetia Lutetiablog

La salle à manger est reconnaissable à ses nombreuses peintures / sculptures de scène de chasse et de pêche ainsi que ses représentations de nourriture.

Un petit salon « de transition » permet de redécouvrir l’histoire de Paris, notamment les moments liés à sa prise de liberté.

Petit salon hotel de ville lutetiablog lutetia

Le salon des arcades divisés en trois parties : art, science et lettre décoré par les artistes « à la mode » de l’époque et qui permet également de voir des représentations de Paris que l’on ne voit plus aujourd’hui.

Salle arcades Lutetiablog Lutetia

On termine la visite en redescendant via l’escalier intérieur, qui fut copié sur celui du château de Blois au même que l’escalier du Sénat (mais qui lui n’est pas double)

Escalier Hotel de Ville Lutetia Lutetiablog

Une visite guidée très interessante, proposée gratuitement par la mairie de Paris que je vous invite vraiment à faire pour découvrir les trésors de peintures et sculptures qui décorent l'hotel de ville.
Pour les groupes, il faut prévoir deux mois d’attente avant d’avoir une date, pour les individuels, c’est plus simple, on peut être « casé » dans un groupe non complet. Lors de la visite que j’ai effectuée, j’étais affectée au groupe des « conjoints du ministère des affaires étrangères » et j’ai trouvé cela très sympa, d’autant que la guide adapte son discours en fonction du groupe, en l’occurence, je doute que j’ai un jour « l’occasion d’être reçu à l’hôtel de ville en tant que conjoint d’un représentant d’un pays étranger » mais au moins, je connais maintenant le protocole.

Détail Hôtel de ville Lutetiablg Lutetia

Visite guidée de l'hôtel de Ville de Paris
Téléphone pour inscription individuel : 01 42 76 43 43
Prix : gratuit

10 décembre 2012

Devenez mannequin d’une heure et défilez sur le catwalk

Pour le lancement de son dernier appareil photo, My Little Paris et Olympus proposent de découvrir l’appareil tout en participant à de nombreuses activités inédites. Pour ma part, je voulais participer au relooking Madmen, mais les places ont été très vite réservées et du coup, je me suis reportée sur « Mannequin d’un jour »

Pendant 30 minutes, un ancien mannequin apprend au groupe de fille à marcher avec des talons haut, à se tenir droite et à avoir de l’allure en défilant sur le catwalk. En écoute la nana, j’avais l’impression d’écouter Heidi Klum dans « Germany next top model » (oui quand j’étais en allemagne, je regardais l’émission consciencieusement toutes les semaines). On s’entraine pendant quelques temps à marcher et à prendre la pose, puis le défilé commence et on se prend en photo.
A la fin de la séance, chacune d’entre nous repart avec sa meilleure photo, pour montrer à ses amis à quel point on est une star.

Page23 Lutetiablog Lutetia Blog

Si le mannequinat c’est pas votre truc, il y reste encore plein de possibilité comme par exemple « Décoration de Noel » « Bar à chignon » « Portrait de famille » ou « Paris comme vous ne l’avez jamais vu » et tous les jours vous pouvez vous faire tirer le portrait ou poser pour la couverture du magasine.

Page 23
Jusqu’au 23 décembre 2013
23 rue du roi de Sicile, Paris 4

Posté par Lutetia à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

07 novembre 2012

Exposition « Paris vu par Hollywood » à l’hôtel de Ville de Paris

Cette exposition retrace l’évolution de la vision des américains de la ville de Paris.

Affiche Paris Vu Hollywood Lutetiablog Lutetia Blog

Au début, Paris était vu comme une ville historique, symbole d’un passé manquant pour les américains. On le voit notamment via les films réalisés à l’époque :  Marie-Antoinette, les Trois mousquetaires, Le bossu de Notre-Dame…. Paris a ensuite représenté la ville de la liberté, de l’amour avec une série de film sur le thème du french cancan : French Cancan, le Moulin Rouge, la Veuve Joyeuse….

Jusqu’au milieu des années 50, tous les films ont été tournés en studio, dans des espèces de mini villes qui représentaient Paris, au moins l’idée que s’en font les acteurs hollywoodiens. On peut citer par exemple Ernst Lubistch le réalisateur Américain d’origine allemande dont la quasi-totalité de ses cinquante films se déroulent à Paris alors que même que lui-même n’avait jamais mis les pieds en France. Quelques un de ses films les plus connus : La huitième femme de Barbe bleue, Ninotschka, Rendez-vous, Si j’avais un million, La veuve joyeuse, Illusions perdues…

Evidemment, tout au long de cette exposition, on redécouvre également les grands acteurs Parisiens ou presque : Audrey Hepburn,  Maurice Chevallier, Charles Boyer…. Mais également des costumes, des maquettes et des dessins préparatoires.

Au cours du parcours, des nombreux écrans diffusent des extraits des nombreux films évoqués lors de l’exposition qui permettent de revoir tous les clichés Hollywoodien : se promener sous les pont de Paris sans être dérangé par l’odeur d’urine, prendre le métro sans être écrasé par les autres voyageurs, danser dans la rue sans se faire rire au nez par les passants…

Au final une exposition très sympa qui n’apprend pas grand-chose sur le cinéma Hollywoodien et Paris mais qui donne envie de revoir tous les classiques  au plus vite.

Paris vu par Hollywood
Jusqu'au 15 décembre 2012
Hotel de Ville de Paris
5 rue Lobau, Paris 4
Ouvert tous les jours sauf dimanche et jours fériés de 10h à 19h
Entrée Gratuite

27 septembre 2012

Bon plan express : Aujourd'hui, entrée gratuite au Palais de Tokyo

C'est le dernier jour pour profiter d'une entrée gratuite au Palais de Tokyo.

Palais de Tokyo Imaginez l'imaginaire Lutetiablog Lutetia Blog

Ce soir, vernissage de l'exposition "Imaginez l'imaginaire" à 20h avec également une entrée libre.

17 septembre 2012

La fête des Jardins c’est samedi 22 et dimanche 23 septembre 2012

La fête des jardins c’est la mise en lumière des espaces, les potagers et des jardins partagés. En cette occasion, de nombreuses animations gratuites seront organisées : activités ludiques, promenades, concerts, démonstrations…

La fete des jardins lutetiablog lutetia blog

Pour moi, La fête des Jardins c’est tout comme "Rendez-vous aux jardins", l’occasion de visiter des jardins exceptionnellement ouverts au public. Parmi ces jardins, on retrouve :
- le jardin du clos des Blancs Manteaux – 21 rue des Blancs Manteaux
- le jardin du couvent des sœurs de l’adoration – 33 rue Gay Lussac – Visite libre dimanche 23 septembre de 14h à 18h
- le jardin de l’institut catholique de Paris – 19 rue d’Assas – Dimanche 23 septembre 2012 de 10h30 à 18h (visite de la crypte à partir de 14h)
- le jardin des pères maristes – 104 rue de Vaugirard – Dimanche 23 septembre 2012 de 14h à 18h
- le jardin de l’institut des missions étrangères – 30 rue de Babylone - Dimanche 23 septembre 2012 de 13h à 18h
- le jardin du presbytère de Saint Francois Xavier – 39 boulevard des Invalides - Dimanche 23 septembre 2012 de 10h à 18h
- le jardin de l’église Saint Seraphin de Sarov – 91 rue Lecourbe – Samedi 22 septembre 2012 de 14h à 18h et dimanche 23 septembre 2012 de 13h à 18h30
- la vigne de la butte Bergeyre – rue des Chaufourneirs
- le jardin sauvage de Saint Vincent – rue Saint Vincent face au numéro 14 – Visite Guidée le dimanche 23 septembre à 10h30


Afficher La fête des jardins 2012 sur une carte plus grande

Tout le programme en pdf de la Fête des Jardins ou sur site internet sur le site de la mairie de paris.