05 août 2012

Visite de la Manufacture des Allumettes d'Aubervilliers

Dans le cadre du jeu concours De Visu, j’ai visité l’ancienne manufacture d’allumettes d’Aubervilliers.

Avant de se plonger rapidement dans l’histoire de cette usine, il faut savoir que l’invention de l’allumette au 19ème siècle a été révolutionnaire. Jusqu’à présent, il fallait, pour avoir du feu chez soi, le conserver à tout prix notamment via des bougies à maintenir allumées en permanence. Avec l’invention de l’allumette, plus de problème : par simple frottement sur quelque surface que ce soit, hop l’allumette s’enflammait et on obtenait du feu.  L’allumette était donc quelque chose de sacré.

Manufacture Alumette lutetiablog lutetia blog

Pourquoi donc mettre cette ancienne manufacture d’allumettes dans le parcours de De Visu ? Pour deux raisons :

-          parce que cette usine a été le berceau du syndicalisme en France

-          parce que la cheminé de l’usine fait aujourd’hui parti du patrimoine historique de France.

Cette visite organisé par De Visu, c’est donc l’occasion de découvrir toute une histoire sur une industrie inconnue.

Au début des années 1900, les usines d’allumettes faisaient partie des entreprises « insalubres, incommodes et dangereuses » car après tout on y travaillait avec du souffre en permanence. « On » y travaillait ? Principalement des femmes et des enfants. Le souffre blanc qui pouvait rapidement s’enflammer mais surtout qui provoquait « le mal chimique » :  la nécrose de la mâchoire. Les employés de l’usine se sont organisés et ont protesté contre ces conditions de travail qui mettaient leur vie en danger et c’est pourquoi aujourd’hui les têtes d’allumettes sont rouges et nettement moins inflammable.

L’usine a été partiellement détruite ou modifiée, pendant un temps les bureaux de la Documentation Francaise s’y sont même installés, cependant la cheminé construite avec 1200 tonnes de brique ne fut jamais touchée. Particulièrement moderne pour l’époque, la manufacture a été une des premières à bénéficier de sa propre centrale en 1910 mais surtout a porté un soin particulier à son architecture ce qui était très rare à l’époque.  Tous ces éléments ont conduit à un classement de la cheminée dans la liste des monuments historiques.

De Visu propose de nombreuses autres visites, malheureusement souvent en semaine, mais pour les chanceux il est peut être encore temps de participer à quelques unes d'entre elles.