15 février 2013

DAF Le marquis de Sade au Ciné 13 Théâtre (critique)

Attention : texte à contenu sensible, mineurs passez votre chemin

Nicolas Briançon et le Ciné 13 Théâtre, ça semble être une bonne garantie pour un spectacle de bonne qualité et pourtant, j’avais de grosses appréhensions avant d’aller voir cette pièce, dont le sujet reste celui du marquis de Sade. Pour rappel, le marquis de Sade est connu pour avoir écrit de la littérature érotique agrémenté d’actes de torture et de scatologie à côté du quelle la petite littérature gentiment érotique et sado maso de « Fifty shades of grey » fait pale figure.

D

La pièce commence par le changement de prison du marquis de Sade : celui-ci vient d’être transféré à la prison de Vincennes et fait connaissance de son nouveau joaillier. Avec lui également, une personne créé par son imaginaire : une jeune femme avec laquelle il peut discuter et «jouer».
Le spectacle n’accorde pas une si grande part que cela aux récits du marquis de Sade, si ce n’est une petite lecture du texte ainsi qu’un simulacre de sodomie qui rendent dérisoire l’avertissement « fortement déconseillé au moins de 12 ans.» Personnellement, je ne voudrais pas que ma nièce de 13, ni même 14 ou 15 ans entende un extrait où un homme parle de « faire ch*** une fille dans la bouche de sa mère avant de manger l’étron et de couper les tétons d’une des femmes pour torcher le c** de l’autre avec ». Je trouve que cette pièce devrait interdite au moins de 16 ans.

Au final, la pièce tourne en permanence autour de la nature humaine avec le marquis qui justifie le sexe et la violence de ses fantasmes en arguant que c’est le contrôle permanent de soi même qui n’est pas humain; mais le tout sans réelle réflexion construite.

Ce spectacle permet tout de même la découverte de l’incroyable Ciné 13 Théâtre avec sa petite salle installée sur la butte Montmartre qui fait à la fois : cinéma, théâtre et bar ; et surtout dont les trois premiers rangs de salle de théâtre disposent de gigantesques canapés en cuir.

DAF le marquis de Sade au Cine 13 Théâtre
Jusqu’au 9 mars 2013 du mardi au dimanche à 21h
Prix : de 16 à 30€
1 avenue Junot, Paris 18ème

Posté par Lutetia à 07:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 février 2013

Bon plan express : 52% de réduction sur vos billets pour aller voir « Le songe d’une nuit d’été » au théâtre de la Porte Saint M

Profitez des prix réduits actuellement disponibles pour « Le songe d’une nuit d’été » de Shakespeare mis en scène par Nicolas Briancon au théâtre de la Porte Saint Martin. Des places sont disponibles pour des représentations du 12 au 20 février 2013.

 

Songe d'une nuit dété lutetiablog Lutetia

Le songe d’une nuit d’été au théâtre de la Porte Saint Martin
Mis en scène par Nicolas Briancon
avec Lorànt Deutsch, Nicolas Briançon, Carole Richert, Eric Prat, Marie-Julie Baup, Nicolas Biaud-Mauduit, Sarah Stern, Thibault Lacour, Jean-Loup Horwitz, Dominique Daguier, Patrick Alexis, Léon Lesacq, Laurent Benoit, Thierry Lopez et les danseurs
Du mardi au vendredi à 20h, samedi à 16h45 et 20h30 et dimanche à 15h
Prix : de 16 à 57€ ou moitié prix pour les catégories Or, Une et Deux avec Ticket Minute

Et si ce bon plan en particulier n'est plus au goût du jour, n'hésitez pas à regarder mon article qui liste tous les moyens possibles d'obtenir des réductions pour aller au théâtre à moindre prix.

06 octobre 2012

Volpone au théâtre de la Madeleine (Paris) - A voir (critique)

Volpone c’est l’histoire d’un vieil homme richissime mais sans passion (autre que celle d’amasser de l’argent) et sans héritier. Les années passants, le vieux décide de mettre au point une combine pour voir jusqu’à quel point ses « amis » sont prêts à aller pour figurer sur son testament. Les dits amis, qui se lancent dans les pires actions possibles pour être sûrs de voir leur nom couché sur le testament : déshériter leurs propres enfants, prostituer leur femme… Volpone, sensé être agonisant est aidé dans son subterfuge par son valet Moska.

Volpone Madeleine Lutetiablog Lutetia Blog

Au commencement, on a du mal à se faire à la pièce : la scène d’ouverture est tellement incroyable que j’ai cru m’être trompée de salle, d’histoire, de jour… Ensuite les premières tirades m’ont semblée être des monologues enchainés les uns après et les autres et non un dialogue, Volpone ne bougeait pas de son lit, j’avais l’impression de voir des acteurs figés qui débitaient du texte, un sentiment partagé par mon accompagnatrice.
Mais petit à petit, on se prend au jeu et on arrive à se sentir intégré dans l’histoire. Dans un décor sombre et avec une histoire sombre, le spectateur arrive même à rire notamment grâce aux piques d’Anne Charrier (qui ressemble énormément à Penelope Cruz dans cette pièce) qui joue alors une prostituée en quête d’un mari fortuné (et si grabataire, c’est encore mieux) « vous verrez, un jour on mettra des amendes aux clients » « j’ai compté parmi mes clients un ministre qui se préparait à une ascension politique plus importante encore, malheureusement l’affaire fut dévoilée et il a tout perdu »

Volopone interprété par Roland Bertin a un rôle à multiples facettes : où comment jouer le vieil homme au bord de la mort tout en restant malicieux ? Mais ma véritable découverte ici, c’est Nicolas Briançon, le chef d’orchestre de cette mascarade, le grand manipulateur, le marionnettiste suprême, prodigieux dans son rôle de valet dévoué à un maitre radin et perfide.

Volpone ou le Renard
au théâtre de la Madeleine
jusqu'au 31 octobre 2012
de Ben Jonson
mis en scène par Nicolas Briançon
avec Roland Bertin, Nicolas Briancon, Anne Charrier, Philippe Laudenbach, Grégoire Bonnet, Pascal Elso, Barbara Probst, Matthias van Kache et Yves Gasc
Du mardi au samedi à 20h30, le samedi et dimanche à 17h
Prix : de 19 à 60€ ou sinon,  vous pouvez toujours consulter mon article sur les bons plans pour aller au théâtre pas cher

Petit Bonus : au théâtre de la Madeleine, le toit de la salle est coulissant, donc s’il fait beau, vous aurez peut être la chance de voir une représentation à la belle étoile.