01 mars 2013

Les peintures de Marjane Satrapi à la galerie Jérome Noirmont

On connait tous Marjane Satrapi pour ses BD « Persepolis » et « Poulet aux prunes » tous les deux adaptés au cinéma avec Marjane en tant que réalisatrice. On connait moins Marjane Satrapi la peintre qui dès toute petite peignait à côté de sa grande tante : écrivain et peintre. Avant de décéder, celle-ci annonce à sa nièce encore jeune (moins de 10 ans à ce qu’il me semble) que celle-ci sera écrivain ou peintre comme elle… Marjane Satrapi est donc maintenant les deux.

Marjane Satrapi Lutetiablog Lutetia

La galerie Jérome Noirmont propose actuellement de découvrir 21 peintures de Marjane Satrapi assez récentes (aucune peinture n’a été réalisée avant 2009) de portrait de femmes ou de groupe de femmes. Les toiles sont très sombres avec un arrière plan de grandes formes géométriques noires, rouges ou bleus et un premier plan une ou plusieurs femmes qu’on devine être d’origine orientale. Le visiteur reconnait tout de suite l’univers Marjane Satrapi.

Marjane Satrapie Lutetiablog Lutetia

Au comptoir, à part acheter une peinture, il est également possible d’acheter le catalogue de l’exposition avec notamment plusieurs pages sur la grande tante de Marjane Satrapi et son inspiration pour réaliser ses peintures.

Marjane Satrapi à la galerie Jérome Noirmont
Jusqu’au 23 mars 2013
36 avenue Matignon, Paris 8
Entrée : gratuite
Ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h


31 janvier 2013

Exposition Canaletto au Musée Maillol ou découvrir Venise sans voyager

L’exposition Canaletto au Musée Maillol se termine le 10 février, il était donc temps d’aller y faire un tour.


Tout d’abord, un petit historique sur Canaletto qui s’appelle en réalité Giovanni Antonio Canal mais fut surnommé Canaletto à cause de son inclination à peindre des canaux. Né à la fin du 17ème siècle en Italie, Canaletto est le fils d’un peintre de décors pour théâtre. Il travaille avec son père et c’est ainsi qu’il apprend la peinture. Il décide en 1720 d’abandonner totalement les décors de théâtre pour se consacrer à la peinture.

Canaletto rencontre rapidement du succès avec ses vues de Venise et devient un des, si ce n’est créateurs, représentants majeurs du « vedutisme » qui correspond à l’air de peindre des vues urbaines. Fort de son succes, Canaletto devient un peu imbus de lui même, il ne cesse d’augmenter le prix de ses peintures (alors qu’il a déjà une commande à un certain prix) et souhaite s’inventer des origines nobles.

Canaletto Maillolo Lutetiablog Lutetia

Passons maintenant à la découverte des techniques de travail et des oeuvres de Canaletto.
L’exposition organise les peintures par thème : le canal grande, la piazza san marco... ce qui permet facilement des comparaisons entre les représentations mais empêche de voir une évolution dans le style de Canaletto, notamment au niveau de l’utilisation de la lumière.
Pour peindre des vues aussi précises, Ca naletto a documenté extrêmement clairement de nombreux bâtiments de Venise : il partait en barque avec des carnets de croquis et une chambre optique (qui lui permettait de voir les bâtiments sous un angle différent et parfois avec plus de précision) et remplissait ses carnets de dessins préparatoires, de détails architecturaux.
Canaletto composait ensuite une peinture en disposant des bâtiments pour que ceux ci rendent l’effet souhaité : il n’hésitait à changer complètement les proportions d’une église (ce qu’on peut voir en comparant chaque peinture avec ses voisines), à rapprocher deux bâtiments distant dans la réalité, à présenter un côté de cathédrale comme la face... puis à rajouter quelques personnages pour mettre un peu de vie dans ses oeuvres. Pour info, une guide avait une loupe qu’elle utilisait pour montrer des détails à ses visiteurs, c’etait très malin et pratique.

 

Trois oeuvres sont à retenir de cette exposition :

-          un carnet de croquis préparatoire que l’on peut feuilleter virtuellement – à voir car il s’agit d’un des seuls carnets restants

-          un capriccio, c’est à dire une représentation fantasmé du pont du rialto, sur la base d’un projet de Palladio qui ne fut jamais exécuté (ce qui m’a fait penser à l’exposition sur l’architecture imaginaire et fantasmé à la Conciergerie) – à voir car c’est un des seuls capriccio de Canaletto.

canaletto_palladio lutetiablog lutettia

-          une vue de nuit d’une fête à  l’eglise san Pietro Castel – à voir car il s’agit de la seule peinture de nuit dont dispose le musée Maillol pour cette exposition

 

Canaletto à Venise au musée Maillol
Jusqu’au 10 février 2013
59 rue de Grenelle, Paris 7
Prix : 11€
Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h – Nocturne le vendredi jusque 21h30

03 août 2012

Jose Maria Sert "Le titan à l'oeuvre" au Petit Palais

Le Petit Palais propose actuellement et jusqu’au 5 aout 2012 une expo sur Jose Maria Sert intitulée « Le Titan à l’œuvre » non pas à cause des titans qu’il a peint mais parce que ses œuvres étaient gigantesques ! Malheureusement pas de photo pour que vous puissiez vous représenter la magnificence de ses œuvres car les photos sont interdites dans le musée (et on se demande bien pourquoi)  mais pour vous donner une idée : un des paravent présenté lors de l’exposition ne tiendrait pas chez moi car il n’y a pas suffisamment de place ni en largeur ni en hauteur (a mon avis, c’est un paravent qui rentre uniquement à l’Orangerie de Versailles)

Amerique ou l'hiver Jose Maria Sert lutetiablog lutetia blog

Jose Maria Sert est un artiste espagnol très peu connu en France malgré le fait qu’il y ait vécu presque toute sa vie . Immense succès entre les deux guerres puis suite à son rapprochement à Franco il est un peu délaissé par le grand public.

Jose Maria sert est un artiste moderne dans ses techniques : il documentait toute ses œuvres avec notamment des photographies qui jouaient un rôle essentiel : un rôle d’esquisse et de mise en place. Ses photos servaient de base pour définir un angle, un éclairage, le volume d’une œuvre mais aussi pour avoir des points de repère en terme de proportion car Sert quadrillait ses photos pour que ses reproduction soit le plus homothétique possible.

Peintre décorateur, Jose Maria Sert n’a pas peint de fresque malgré la croyance populaire mais des panneaux de bois ou des toiles qui étaient ensuite marouflées sur les murs. Pendant l’entre deux guerres, c’est lui qui a couvert les demeures et grands lieux publics avec des commandes privées ou institutionnelles.

Bref, une expo que je ne serais pas aller voir si je n’avais pas gagné (encore) des places grâce à fnacspectacles mais je suis bien contente d’avoir découvert cet artiste rien que pour la vision de la cathédrale de Vic (avec une maquette epoustouflante)

Jose Maria Sert « Le Titan à l’œuvre » au Petit Palais
jusqu’au 5 aout 2012
Plein tarif : 10
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h

Bonus: La première femme de Jose Maria Sert : Misia fait elle aussi l'objet d'une exposition "Misia, reine de Paris" au Musée d'Orsay. L'exposition est proposée jusqu'au 9 septembre.

 

28 juillet 2012

Street Art au Mur Urbain Reactif jusqu'au samedi 28 juillet 2012

Le MUR est comme son nom l’indique un mur mais un mur un peu spécial : un Mur Urbain Réactif. Une association propose à des artistes de Street Art de s’exprimer sur un panneau de 3m sur 8 situé à Oberkampf.  Les artistes  se succèdent les uns après les autres, les techniques se recoupent et s’annulent pour proposer sans cesse une nouvelle œuvre aux passants.

L’association Ever est en action sur le mur depuis jeudi 26 juillet et jusqu’au samedi 28 juillet (soit aujourd’hui, dernière chance pour voir les peintres à l’œuvre)

Le projet à son commencement pris en photo par Paris Emoi

Le projet jeudi soir:

Ever Le MUR lutetiablot lutetia blog

 

Prochain évènement le 16 août avec ASTRO.

Toutes les infos sont disponibles sur le site Le MUR, où on peut également y voir des représentations de toutes les œuvres temporaires visibles à un moment où à un autre sur le mur.

Le MUR
107 rue Oberkampf
75011 Paris

27 juillet 2012

Le saviez-vous ? La toile « Intérieur d’une cuisine » conservée au Musée du Louvre aurait été peinte avec le cœur broyé de Louis

Depuis le XIIIème les cœurs et corps des rois sont conservés séparément : les corps allaient traditionnellement à l’abbaye Saint Denis et les cœurs étaient offerts à qui le mourant le souhaitait  cad souvent aux Jésuites. Les deux cœurs furent donc longtemps conservés dans l’eglise Saint-Paul-Saint-Louis dans le marais jusqu’à en être délogés par la révolution française.

En 1972, Petit-Badel ex architecte du roi est chargé de fondre les reliquaires de l’église. Il invite deux amis peintres : Alexandre Pau de Saint-Martin et Martin Drolling en ayant déjà en tête l’idée de leur donner les cœurs maintenant séchés. Il savait en effet, que les cœurs écrasés et malaxés dans l’huile donnent un magnifique pigment rouge qui offre un rendu magnifique sur toile.

Martin Drolling avait déjà largement profité de la révolution et récupéré de nombreux cœurs de la famille royale mais il obtient tout de même le cœur de Louis XIII pendant que Alexandre Pau de Saint-Martin récupère le plus gros des cœurs : celui de Louis XIV.

interieur cuisine lutetiablog lutetia blog

Alexandre Pau de Saint-Martin aurait donc peint avec ses reliques la toile « Vue de Caen » actuellement au musée de Pontoise (mais pas exposée) et Martin Drolling « Intérieur d’une Cuisine » exposée au Musée du Louvre.

De quoi regarder les toiles différents lors d’une prochaine visite au Louvre, car qui sait, peut être que d’autres vestiges humains s’affichent ainsi aux regards de tous?

Et pour en apprendre plus sur cette histoire et le destin des coeurs royaux, je vous conseille d'écouter le podcast de Au coeur de l'histoire de Franck Ferrand : La profanation des tombes royales à Saint Denis.