15 août 2012

Royal de Luxe et Rue de la Chute avec Paris Quartier d'Ete

Apres avoir assisté à de nombreuses représentations de qualité pour Paris Quartier d’été, j’attendais avec impatience de voir Royal de Luxe. Une attente d’autant plus forte, que je n’avais pas retenu ce spectacle dans ma sélection initiale des spectacles de Paris Quartier d’été, mais que suite à de nombreux articles sur la compagnie, j’avais finalement eu très envie de voir cette pièce.

Gigantisme, marionnettes, théatre de rue… la compagnie est connue pour sortir du cadre du théatre au sens traditionnel du terme et faire des pièces mêlant mécanique et théâtre pour offrir in fine un spectacle de qualité aux spectateurs.

Cette année, le thème est le far west et la pièce s’appelle « Rue de la chute ». Une histoire folle, des comédiens hyper motivés, des cavalcades, des chevaux mécaniques, un cheval pendu, des geysers d’hémoglobine… tout semble réuni pour que cette dernière représentation soit un succès. Et pourtant… il y une chose de trop : la vulgarité. La pièce est truffée de gags gras, on dirait une pièce de boulevard, un comique lourd. D’autant plus que la pièce dure 2H ! Une heure, ça va, c’est un peu lourd mais ça reste intéressant. Deux heures, ça tourne en rond et on perd notre temps. D’ailleurs, de nombreux spectateurs on du penser comme nous, car nous sommes parti après une heure de spectacle (et en extérieur ça se voit bien quand on part donc il faut vraiment le vouloir) et nous avions déjà vu une quinzaine de spectateurs partir.

 

Royal de luxe lutetiablog lutetia blog

En partant, nous nous sommes demandé à quel type de public la pièce conviendrait.
Les enfants ? Trop jeune, il y a des scènes de coit, des scènes où on voit des fesses, une scène où on voit une toison pubienne (certes fausse, mais tout de même)
Les adultes ? Trop lourd.
Reste donc les ados : suffisamment jeune pour apprécier les cavalcades et suffisamment vieux pour ne pas être choqué par les scènes de sexe.

Malheureusement, à cause de l’annulation de la nuit du western, cette représentation marquait la fin de Paris Quartier d’été 2012. J’espère que le public qui était encore là au bout d’une heure est resté jusqu’à la fin du spectacle, car sinon il ne devait plus y avoir grand monde à la fin de la pièce.