31 mai 2012

Les liaisons dangereuses au théâtre de l'atelier (critique)

De même que Monumenta 2012 était une des expos must see de la saison, Les liaisons dangereuses, au théâtre de l’Atelier mis en scène par John Malkovich a fait beaucoup parler.

John Malkovich a choisi de travailler avec des artistes jeunes pour refléter le véritable âge des personnages principaux de la pièce : de 15 à 30 ans. Pour cela,  il a auditionné et sélectionné des élèves de conservatoire et de cours d’art dramatique pour en retenir neuf.

Les liaisons dangereuses

La pièce est remise au gout du jour et utilise les instruments actuels de la tromperie et de la simulation : les acteurs échangent des SMS, prennent des photos coquines et communiquent via les réseaux sociaux. Quelques scènes de sexe crus (parfois très crus) viennent réveiller le spectateur qui commencerait à dormir pendant cette représentation de presque 3h. On peine d’ailleurs à comprendre l’intérêt de ces scènes où les femmes sont systématiquement nues et cuisses écartées alors que le beau Valmont ne tombe même pas la chemise. Par ailleurs, je regrette le choix de l’actrice qui jouait Madame de Merteuil qui ne correspondait pas à l’image que je m’en étais faite : une femme en apparence sensuelle / sexuelle et douce mais en réalité dure et extrêmement cynique; dans la représentation la marquise de Merteuil ne montrait pas de face cachée et était dur en apparence comme en charactère.

Les liaisons dangereuses au théâtre de l’Atelier
Jusqu’au 20 juin 2012
Mardi au samedi 20h