28 février 2013

Collaboration au théâtre de la Madeleine (critique)

La pièce vit à Paris sa deuxième (ou troisième ?) saison, ayant rencontrée l’an dernier un tel succès qu’il fut difficile d’obtenir des places pour une des représentations.
En voici l’histoire : Deux artistes au sommet de la gloire. Deux géants ! Richard Strauss (Michel Aumont) et Stéfan Zweig (Didier Sandre). Le premier, proche du régime nazi et se croyant tout puissant et intouchable, non concerné par la politique. Le second, craignant au contraire cette politique et la violence qu’elle allait sécréter. Ils s’admiraient. Ils créeront ensemble un opéra bouffe inspiré de Ben Johnson,« La Femme Silencieuse », immense succès arrêté dès la seconde représentation par le régime nazi, le nom d’un juif étant resté sur l’affiche malgré l’interdiction.

 

Collaboration lutetiablog Lutetia

Le pitch de la pièce ne fait pas justice à Strauss qui à peut être flirté un moment avec le nazisme mais qui se retrouva surtout contraint de collaborer avec le régime car sa belle fille et donc ses petits enfants étaient juifs. La pièce, très bien faite, montre l’évolution du régime nazi en la replaçant dans le contexte historique à l’aide de panneau de transition donnant la date de chaque scène. Les deux acteurs principaux sont excellents et c’est très sympa de se plonger dans une collaboration entre un librettiste (le parent pauvre de l’opéra : on connait toujours le compositeur mais rarement le librettiste) et un compositeur avec toujours, l’avis de la femme de Strauss ancienne chanteuse lyrique.

Un des must see de la saison théâtrale!

 

Collaboration au théâtre de la Madeleine
Jusqu’au 24 mars 2013 (selon la fnac) ou 31 mai 2013 selon l'espace réservation du théâtre (mais quand on clic sur les dates, ça ne marche pas...)
Du mardi au samedi à 20h30, samedi et dimanche à 17h
19 rue de Surène, Paris 8ème
Prix : de 19 à 59€ et pensez toujours à consulter mon article qui contient presque 20 bons plans pour obtenir des réductions pour aller au théâtre à Paris


06 octobre 2012

Volpone au théâtre de la Madeleine (Paris) - A voir (critique)

Volpone c’est l’histoire d’un vieil homme richissime mais sans passion (autre que celle d’amasser de l’argent) et sans héritier. Les années passants, le vieux décide de mettre au point une combine pour voir jusqu’à quel point ses « amis » sont prêts à aller pour figurer sur son testament. Les dits amis, qui se lancent dans les pires actions possibles pour être sûrs de voir leur nom couché sur le testament : déshériter leurs propres enfants, prostituer leur femme… Volpone, sensé être agonisant est aidé dans son subterfuge par son valet Moska.

Volpone Madeleine Lutetiablog Lutetia Blog

Au commencement, on a du mal à se faire à la pièce : la scène d’ouverture est tellement incroyable que j’ai cru m’être trompée de salle, d’histoire, de jour… Ensuite les premières tirades m’ont semblée être des monologues enchainés les uns après et les autres et non un dialogue, Volpone ne bougeait pas de son lit, j’avais l’impression de voir des acteurs figés qui débitaient du texte, un sentiment partagé par mon accompagnatrice.
Mais petit à petit, on se prend au jeu et on arrive à se sentir intégré dans l’histoire. Dans un décor sombre et avec une histoire sombre, le spectateur arrive même à rire notamment grâce aux piques d’Anne Charrier (qui ressemble énormément à Penelope Cruz dans cette pièce) qui joue alors une prostituée en quête d’un mari fortuné (et si grabataire, c’est encore mieux) « vous verrez, un jour on mettra des amendes aux clients » « j’ai compté parmi mes clients un ministre qui se préparait à une ascension politique plus importante encore, malheureusement l’affaire fut dévoilée et il a tout perdu »

Volopone interprété par Roland Bertin a un rôle à multiples facettes : où comment jouer le vieil homme au bord de la mort tout en restant malicieux ? Mais ma véritable découverte ici, c’est Nicolas Briançon, le chef d’orchestre de cette mascarade, le grand manipulateur, le marionnettiste suprême, prodigieux dans son rôle de valet dévoué à un maitre radin et perfide.

Volpone ou le Renard
au théâtre de la Madeleine
jusqu'au 31 octobre 2012
de Ben Jonson
mis en scène par Nicolas Briançon
avec Roland Bertin, Nicolas Briancon, Anne Charrier, Philippe Laudenbach, Grégoire Bonnet, Pascal Elso, Barbara Probst, Matthias van Kache et Yves Gasc
Du mardi au samedi à 20h30, le samedi et dimanche à 17h
Prix : de 19 à 60€ ou sinon,  vous pouvez toujours consulter mon article sur les bons plans pour aller au théâtre pas cher

Petit Bonus : au théâtre de la Madeleine, le toit de la salle est coulissant, donc s’il fait beau, vous aurez peut être la chance de voir une représentation à la belle étoile.