A la base, on avait prévu d’aller boire un verre à la Ferme du Bonheur. On s’imaginait donc assises dans un transat au soleil en train de boire une bière entourées d’animaux de type poule, mouton, chèvres…. mais au final, on s’est retrouvées à bêcher au près pour le défricher.  J’explique.

La Ferme du Bonheur, intialement, c’est le squat d’un homme de scène qui s’était posé dans un terrain vague à Nanterre pour être proche du chapiteau dans lequel il donnait un spectacle. Petit à petit, il y a eu de plus en plus d’animaux, de plus en plus de monde, de plus en plus de spectacle et ce squat est devenu La Ferme du Bonheur : un lieu de cohésion sociale entre les habitants de la cité, les étudiants de l’université juste à côté, les bobos en mal d’in attitude et les amateurs de théâtre et de musique.

FermeduBonheur

Aujourd’hui, la Ferme c’est tout ça à la fois et plus encore.  J’ai donc voulu voir ça de mes propres yeux et me suis rendu au rendez « Au champs de la garde du P.R.E » alas… le flyer n’explique pas du tout qu’il ne s’agit pas de siroter un verre assis au soleil mais plutôt d’aller au près pour défricher le terrain. C’est ainsi qu’on se retrouve à bêcher dans la boue alors qu’on n’est pas du tout équipées pour. Evidement, rien n’était obligatoire, travaille celui qui veut uniquement. Mais comment est ce qu’on s’est retrouvé la ?

On était donc à la Ferme en elle-même ou quelqu’un nous a expliqué l’histoire et le fonctionnement de la ferme où il y a maintenant de nombreux animaux et de nombreuses sorties : en mai / juin il y avait les RDV electro du jeudi soir (qui occupait la ferme et l’espèce de salle de guinguette juste à côté) en juin / juillet c’est la mamies, un peu pareil mais ça a lieu le samedi après midi et soir…. Ensuite, la jeune fille nous a expliqué qu’il fallait absolument aller voir le près que c’était juste incroyable d’avoir un près entre cité HLM, périphérique et ligne de RER.

Pour aller au près c’est simple « droite, gauche droite, prenez la route abandonnée puis le sentier » mais nous, on a trouvé une autre explication beaucoup plus simple « suivez les crottes de chèvres » (on découvrira seulement plus tard qu’il s’agit de crottes de mouton, on est citadine ou on ne l’est pas). Après s’être tout de même demandé plusieurs fois si on était dans la bonne direction, nous voici arrivées au près…. qui est donc un terrain en court de défrichage. Et c’est là qu’il faut se mettre au boulot. Et c’est aussi là qu’on trouve un troupeau de mouton, vision surréaliste à Paris (ok à Nanterre mais tout de même) !

Malgré cet emploi du temps imprévu, nous avons pris une bonne heure pour aider à bêcher et couper les broussailles car après tout, le projet est super sympa et on avait envie d’y participer.

Au final la Ferme du Bonheur, c’est un projet très sympa, un lieu très sympa et si vous ne savez pas quoi faire dimanche prochain, allez donc prendre un peu l’air et travailler au près, ça vous fera du bien.

 

Prochain Rdv :
Le Champs de la Garde du Près le dimanche 30 juin à partir de 15h