L’exposition Canaletto au Musée Maillol se termine le 10 février, il était donc temps d’aller y faire un tour.


Tout d’abord, un petit historique sur Canaletto qui s’appelle en réalité Giovanni Antonio Canal mais fut surnommé Canaletto à cause de son inclination à peindre des canaux. Né à la fin du 17ème siècle en Italie, Canaletto est le fils d’un peintre de décors pour théâtre. Il travaille avec son père et c’est ainsi qu’il apprend la peinture. Il décide en 1720 d’abandonner totalement les décors de théâtre pour se consacrer à la peinture.

Canaletto rencontre rapidement du succès avec ses vues de Venise et devient un des, si ce n’est créateurs, représentants majeurs du « vedutisme » qui correspond à l’air de peindre des vues urbaines. Fort de son succes, Canaletto devient un peu imbus de lui même, il ne cesse d’augmenter le prix de ses peintures (alors qu’il a déjà une commande à un certain prix) et souhaite s’inventer des origines nobles.

Canaletto Maillolo Lutetiablog Lutetia

Passons maintenant à la découverte des techniques de travail et des oeuvres de Canaletto.
L’exposition organise les peintures par thème : le canal grande, la piazza san marco... ce qui permet facilement des comparaisons entre les représentations mais empêche de voir une évolution dans le style de Canaletto, notamment au niveau de l’utilisation de la lumière.
Pour peindre des vues aussi précises, Ca naletto a documenté extrêmement clairement de nombreux bâtiments de Venise : il partait en barque avec des carnets de croquis et une chambre optique (qui lui permettait de voir les bâtiments sous un angle différent et parfois avec plus de précision) et remplissait ses carnets de dessins préparatoires, de détails architecturaux.
Canaletto composait ensuite une peinture en disposant des bâtiments pour que ceux ci rendent l’effet souhaité : il n’hésitait à changer complètement les proportions d’une église (ce qu’on peut voir en comparant chaque peinture avec ses voisines), à rapprocher deux bâtiments distant dans la réalité, à présenter un côté de cathédrale comme la face... puis à rajouter quelques personnages pour mettre un peu de vie dans ses oeuvres. Pour info, une guide avait une loupe qu’elle utilisait pour montrer des détails à ses visiteurs, c’etait très malin et pratique.

 

Trois oeuvres sont à retenir de cette exposition :

-          un carnet de croquis préparatoire que l’on peut feuilleter virtuellement – à voir car il s’agit d’un des seuls carnets restants

-          un capriccio, c’est à dire une représentation fantasmé du pont du rialto, sur la base d’un projet de Palladio qui ne fut jamais exécuté (ce qui m’a fait penser à l’exposition sur l’architecture imaginaire et fantasmé à la Conciergerie) – à voir car c’est un des seuls capriccio de Canaletto.

canaletto_palladio lutetiablog lutettia

-          une vue de nuit d’une fête à  l’eglise san Pietro Castel – à voir car il s’agit de la seule peinture de nuit dont dispose le musée Maillol pour cette exposition

 

Canaletto à Venise au musée Maillol
Jusqu’au 10 février 2013
59 rue de Grenelle, Paris 7
Prix : 11€
Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h – Nocturne le vendredi jusque 21h30